/opinion/blogs/columnists
Navigation

Péter plus haut que le trou

Coup d'oeil sur cet article

Êtes-vous content?

C'est le week-end du Grand Prix!

Pendant trois jours, Montréal va se transformer en mini-Monaco.

Les poupounes "bleachées" grimpées sur des pompes vertigineuses, les autos sport rouges, les machos bronzés vêtus de blanc qui boivent de la bière importée sur la terrasse du pub Alexandre, les Gino qui fument des cigares à 50 $ la poffe et qui se louent un gros char pour épater la galerie...

C'est comme si la rue Crescent avait complètement avalé la ville.

Parce que le Grand Prix vient d'Europe, parce que l'événement fait le bonheur des Allemands et des Italiens, il est de bon ton de parler de chars. La culture de body shop (carrosseries reluisantes et babes en monokini) devient politiquement correcte.

Vous parlez de votre Toyota en calant une Miller et en regardant les filles, avenue du Mont-Royal: vous êtes vulgaire. Vous parlez de votre Ferrari en sirotant une Becks et en reluquant les passantes, rue Crescent: vous êtes cool.

Pourquoi? Parce que la vulgarité est toujours plus acceptable lorsqu'elle a un vernis européen. Lorsqu'elle porte des sandales Gucci et un sac Vuitton.

C'est vrai que le Grand Prix est excitant. C'est vrai que c'est un événement formidable. Mais soyons francs: tout ce cirque ressemble à un designer jean.

Enlevez la griffe du couturier, et qu'est-ce que vous avez? Un vulgaire morceau de denim.

Des gars qui traînent leur glacière et leur chaise pliante pour aller voir des gros chars faire du bruit.

Le Daytona 500, avec un accent italien.

Vroum vroum!





3 commentaire(s)

Fred dit :
3 juin 2012 à 19 h 00 min

"Tu sais qu'une société est malade quand l'éducation est devenue une marchandise et le Grand Prix est vu comme un projet de société."

Erika dit :
8 juin 2012 à 11 h 01 min

Mais... Richard... Tu souriais à pleine bouche, pourtant, sur la photo devant le St-James avec ta chicks...!? Mais j'imagine que ta chaise pliante devait être dans ton coffre de char.

David Major dit :
8 juin 2012 à 11 h 07 min

Vous aviez l'air d'avoir ben du fun avec votre blonde sur le tapis rouge du St-James hier en tout cas, M. Martineau. Merci pour le fou-rire ce matin.