/homepage
Navigation
International de montgolfières

Akon et Edward Maya présents

Akon, vedette de l'International de montgolfières de St-Jean-sur-Richelieu en août 2010.
© Photo AgenceQMI Akon, vedette de l'International de montgolfières de St-Jean-sur-Richelieu en août 2010.

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir reçu Rihanna, Tokio Hotel, Kenny Rogers, Flo Rida et Murray Head, l'International de montgolfières de St-Jean-sur- Richelieu s'apprête à frapper un autre grand coup avec les artistes vedettes de sa 27e édition : Edward Maya, le Roumain propulsé au sommet des palmarès avec sa chanson Stereo Love, et le chanteur Akon.

«On essaie d'avoir le pif, de sentir ce qui s'en vient», confie la directrice des spectacles à l'International de montgolfières de St-Jean-sur-Richelieu, Louise Lamoureux.

Edward Maya montera sur la scène de l'International le 18 août prochain. Le jeune Roumain de 23 ans, qui donne dans le latin house, se cache derrière le hit Stereo Love, une chanson qui trône au sommet du palmarès BDS québécois depuis 11 semaines. Stereo Love connaît aussi un succès fulgurant en Europe. La chanson a atteint la première place des palmarès en France, aux Pays-Bas, au Portugal et en Roumanie.

Akon, pour sa part, sera à St-Jean-sur- Richelieu le 23 août. Gagnant d'un Grammy en 2007 (remis à l'artiste R & B de l'année), il a proposé trois albums depuis 2004, dont le dernier, Freedom, sorti en 2008. Dernièrement, il a collaboré à la chanson Sexy Bitch de David Guetta, l'une des plus populaires du célèbre DJ français.

«Dans le cas d'Akon, on avait commencé les démarches l'an dernier, mais ça n'avait pas fonctionné», explique Mme Lamoureux.

Un travail de longue haleine

Chaque année, l'Inter national de montgolfières de St-Jean-sur-Richelieu accueille au moins une grande pointure internationale. En 2006, la tête d'affiche était Rihanna. L'année suivante, ce fut Dennis DeYoung, de Styx. En 2008, les vedettes étaient Tokio Hotel, Hedley et Kenny Rogers. Encore l'an dernier, les organisateurs ont réussi à mettre sous contrat le rappeur Flo Rida, vedette de l'heure avec sa reprise de Right Round.

«On travaille en collaboration avec Donal K. Donald depuis deux ans. Ils appellent les agences de New York et de Los Angeles, et ils font les contacts pour nous.»

«Ce n'est pas facile, admet Mme Lamoureux. Ce n'est pas parce qu'on appelle qu'ils disent oui», ajoute-t-elle, en confiant avoir entrepris des démarches qui se sont finalement avérées vaines dans le cas de Lady Gaga et Katy Perry.

Un travail ardu

Chaque année, les organisateurs ciblent des artistes montants, souvent d'avant-garde. «À tous les jours, je vais sur iTunes, les sites Internet de radio, de MusiquePlus. Je me promène là-dessus. Je vais même sur Facebook pour voir combien d'amis ont les vedettes», indique Mme Lamoureux, qui sonde le jeune public.

Convaincre les stars est un travail de longue haleine.

«Je fais mon magasinage à l'automne et on commence les appels en octobre. De janvier à mai, ça devient crucial», explique Louise Lamoureux.

Cette année, la 27e édition de l'International de montgolfières aura lieu du 14 au 22 août prochain. Au total, neuf soirées de spectacles seront proposées. Du nombre, six auront des Québécois pour têtes d'affiche. Outre Edward Maya et Akon, les organisateurs travaillent à attirer une autre pointure internationale.

Le budget annuel de l'événement, auquel ont participé 370 000 personnes l'an dernier, est d'environ 8 M$. À peine 10 % du budget est consacré aux spectacles.

«Les artistes qui montent ne sont pas placés pour demander un million de dollars par soirée. C'est aussi un risque qu'on prend», explique Louise Lamoureux, en parlant de cachets importants, dans le cas de Akon et Edward Maya, mais qui ne sont pas exagérément élevés.

Le festival rassemble annuellement quelque 115 pilotes provenant du Québec, mais aussi d'un peu partout dans le monde. L'International de montgolfières de St-Jean-sur-Richelieu est le plus gros festival du genre au Canada et le deuxième plus important au monde, derrière celui d'Albuquerque aux États-Unis.

Commentaires