/opinion/columnists
Navigation
Opinion

Détrônons la reine Mary

Coup d'oeil sur cet article

Au cours d'une fête qui célébrait le 50e anniversaire du restaurant chez Lanni, j'ai eu l'occasion de m'entretenir du frère André avec Louise Harel et Réal Ménard. Nous nous entendions pour dire que le chemin Queen-Mary devrait être rebaptisé chemin du Frère-André. J'ose espérer que nos responsables municipaux iront de l'avant et que les Anglos ne rouspéteront pas trop.

L'oratoire Saint-Joseph est la plus grande église du Canada et reçoit annuellement la visite de plus de deux millions de pèlerins. Cela en fait le plus important site religieux catholique du monde à être consacré à Saint-Joseph. Cette oeuvre est le fruit de la détermination d'un obscur petit religieux à la foi inébranlable. En plus d'avoir réalisé sa basilique, ce très grand petit homme vient d'entrer dans le Saint des Saints de l'Église apostolique romaine.

Alfred Bessette devenu le frère André par reconnaissance pour son bienfaiteur André Provençal, un curé de Saint-Césaire, a travaillé tant à la porte du Collège Notre-Dame que (de l'autre côté du chemin Queen-Mary) au sommet du Mont- Royal où il a fait ériger son oratoire.

Lévesque contre Dorchester

Lorsque René Lévesque est mort, le maire Jean Doré a eu le courage de changer le nom du boulevard Dorchester en invoquant le fait que l'ancien premier ministre avait oeuvré dans deux importantes institutions sises sur ce boulevard: RadioCanada (où Lévesque a été journaliste) et Hydro-Québec (où sont les bureaux du premier ministre). Il en va exactement ainsi dans le cas du frère André : l'oratoire et le collège Notre-Dame sont sur Queen-Mary.

Il est difficile de savoir si, du haut de son capharnaüm municipal, le maire Gérald Tremblay aura le courage de foncer plus résolument qu'il ne l'a fait pour son ancien patron Robert Bourassa... Il y a quelques années, la perspective de changer le nom de l'avenue du Parc pour avenue Robert-Bourassa avait soulevé un tollé qui avait rapidement dégonflé Gérald.

Ne perdons pas de vue que le plus grand miracle du frère André fut la construction à coups d'oboles de cette gigantesque basilique qui identifie très bien Montréal. L'Oratoire est à Montréal ce que le château Frontenac est à Québec ou la tour Eiffel à Paris.

Queen Mary devrait en toute modestie céder sa place à cet humble petit homme qui a passé sa vie auprès des nôtres et qui a donné à notre ville son monument le plus caractéristique.

Vite ! Ça presse ! S'il est vrai qu'on ne peut plus franciser ce Montréal dont les raisons sociales s'anglicisent, on devrait être capable de retoucher au moins à sa toponymie trop anglaise et, souvent, ridiculement britannique.

Charest : Ti-Coune

Quant au petit premier ministre Charest, à la tête du petit Québec, fera-t-il une petite place dans notre toponymie pour ce petit homme humble que fut le saint frère André? Choisira-t-il de donner son nom à une petite montagne cachée dans un recoin perdu puisque Alfred Bessette, après tout, appartenait à ce «petit peuple faible » qui se laisse dicter sa conduite par la Cour suprême ?

Rappelez-vous que la bande à Jean Chrétien n'a pas fait dans la dentelle quand elle a décidé (sans consulter le Québec) de donner le nom de Pierre-Elliott-Trudeau à l'aéroport de Dorval. Trudeau n'a jamais accompli de miracles et il a souvent écorché son peuple ; il a pourtant son aéroport. Eh bien, le saint frère André, faiseur de miracles et ami du peuple, ne mérite-t-il pas au moins d'avoir sa rue

Commentaires
Loading