/homepage
Navigation
Manifestation devant la boutique Le Marcheur

L'extrême droite avec l'extrême gauche?

Le militant Jean-Roch Villemaire (à gauche sur la photo) écoute une manifestante venue appuyer la boutique Le Marcheur, sous l'oeil de la caméra d'un militant
du PAJU.
© Mathieu Turbide / JDM / Agence QMI Le militant Jean-Roch Villemaire (à gauche sur la photo) écoute une manifestante venue appuyer la boutique Le Marcheur, sous l'oeil de la caméra d'un militant du PAJU.

Coup d'oeil sur cet article

Un militant indépendantiste, qui a déjà avoué avoir des affinités avec les leaders d'extrême droite européens Jean-Marie Le Pen et Jörg Haider, s'est retrouvé aux côtés des communistes, hier, pour manifester contre la boutique Le Marcheur.

Jean-Roch Villemaire, un ex-candidat du Parti indépendantiste, tenait une banderole en compagnie d'un militant bien connu du Parti communiste du Canada, Bill Sloan.

Villemaire s'est reconnu coupable, l'automne dernier, d'avoir vandalisé et volé des affiches électorales unilingues anglaises lors de la campagne municipale à Gatineau, en 2009.

Le jeune homme de 27 ans a aussi fait parler de lui lorsqu'il a signé la lettre de soutien à la «gouvernance souverainiste» de Pauline Marois, en novembre dernier. Le quotidien Le Devoir avait alors souligné son passé et ses positions controversées, ce qui avait mis le clan Marois dans l'embarras.

Le «droit du sang»

Plus étrange encore, Villemaire a récemment mis sur pied un mouvement politique, le Mouvement nationaliste révolutionnaire québécois (MNRQ), qu'il décrit comme étant une... «droite socialiste» et qui prône la fermeture des frontières à l'immigration. Son mouvement, a-t-il écrit en décembre dernier sur le site Vigile.net,«suspendra le droit du sol et appliquera le droit du sang. La nationalité est un héritage intimement lié à l'origine ethnique qui est propre à chaque peuple.»

«Le MNRQ est antisioniste, il brisera l'échine de l'idéologie sioniste», poursuit-il.

Joint par Le Journal, hier soir, l'organisateur des manifs du PAJU, Bill Sloan, a indiqué ne pas connaître ce militant qui était à ses côtés. «C'est la première fois que je le voyais», a-t-il soutenu.

Commentaires