/homepage
Navigation
Étude | Santé

Les coûts explosent

Les coûts explosent
© Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Dans une étude sur l'explosion des coûts des systèmes publics de santé au pays, l'Institut Fraser propose au gouvernement canadien de suspendre pendant cinq ans l'application de la Loi canadienne sur la santé.

L'étude, qui sera publiée aujourd'hui et dont Le Journal a obtenu copie, soutient que face à l'explosion des coûts des soins de santé, les gouvernements provinciaux n'auront d'autre choix que d'ouvrir la porte au secteur privé, notamment en permettant des assurances privées pour tous les types de services médicaux.

Le ticket modérateur

Les chercheurs de l'Institut Fraser soutiennent aussi que les usagers des systèmes de santé devront payer davantage selon l'utilisation qu'ils font des soins de santé.

«À un moment donné, les gouvernements devront transférer un petit pourcentage des coûts des régimes de santé publics directement aux utilisateurs et per mettre aux gens de payer une assurance privée s'ils le veulent, ce qui se fait déjà dans d'autres pays garantissant l'accès universel aux soins de santé», explique le Dr Brett J. Skinner, le président de l'Institut Fraser qui a aussi cosigné l'étude.

L'autre coauteur de l'étude, Mark Rovere, croit que le gouvernement du Québec a eu tort de laisser tomber l'idée d'un ticket modérateur.

«Presque tous les pays développés ont une forme ou une autre de ticket modérateur. C'est une avenue qu'il fallait prendre», dit-il.

La contribution santé du Québec

Toutefois, bien souvent ces nouvelles sources ne sont que de nouvelles taxes ou de nouveaux impôts, souligne l'étude, citant le cas de la «contribution santé» inventée par le ministre Raymond Bachand, l'an dernier.

«La contribution santé du Québec n'est pas liée à la consommation individuelle des soins de santé. C'est en fait un impôt additionnel sur le revenu et elle n'aura donc aucun impact sur les coûts globaux du système, car elle n'aura aucun effet incitatif sur les choix que feront les usagers du système de santé», déplorent les auteurs du rapport.

Une crise majeure

L'Institut Fraser croit qu'il s'agit d'une crise majeure à laquelle les provinces et le gouvernement fédéral devront s'attaquer.

«Les provinces sont en train de se ruiner en finançant un système de santé fondamentalement dysfonctionnel qui n'offre pas aux Canadiens un accès en temps opportun aux services médicaux nécessaires.»

En suspendant pendant cinq ans la Loi canadienne sur la santé, le gouvernement fédéral permettrait aux provinces d'expérimenter plusieurs nouvelles façons de financer les soins de santé.

Les provinces pourraient notamment songer à implanter des tickets modérateurs liés à l'usage que font les patients du système de santé. Ils pourraient aussi permettre de réelles assurances privées qui couvriraient tous les soins et services de santé. Les professionnels de la santé devraient aussi pouvoir facturer leurs clients directement ou encore se faire payer par des régimes d'assurances, qu'ils soient privés ou gouvernementaux.


* Le plan santé signé entre les provinces et le gouvernement fédéral arrive à échéance en 2014. Selon les auteurs de l'étude, il sera donc temps de revoir les façons de faire.

Commentaires