/homepage
Navigation
Sciences et technologie

Les contribuables ne subventionnent pas assez

Les contribuables ne subventionnent pas assez
© Shutterstock.com
Les contribuables ne subventionnent pas assez
© Shutterstock.com

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA - Les contribuables n'en font pas assez pour soutenir la recherche et l'innovation dans le secteur privé, estime un organisme consultatif indépendant dont le rôle est de fournir au gouvernement fédéral des conseils stratégiques sur les questions touchant les sciences et la technologie.

Dans son rapport 2010, le Conseil des sciences, de la technologie et de l'innovation (CSTI) indique que les dépenses en recherche et en développement ont diminué depuis 2008.

Le CSTI se dit aussi insatisfait du niveau de coopération entre les entreprises et le secteur de l'éducation, qui est à un bas niveau depuis quatre décennies.

« Peu d'entreprises collaborent dans l'ensemble avec des universités ou des collèges », a déclaré la principale, et vice-chancelière, de l'Université McGill Heather Munroe-Blum, qui siège sur le CSTI.

Le rapport critique également les crédits d'impôt accordés par le gouvernement fédéral pour la recherche et le développement (R&D), qui laissent les entreprises décider de leurs priorités en matière d'innovation.

« Bien que le Canada possède l'un des plus généreux programmes de crédits d'impôt au monde en R&D, le Canada est sous la moyenne de l'OCDE en terme de dépenses des entreprises en recherche et développement », lit-on dans le rapport du CSTI.

Les 18 membres du STIC demandent au gouvernement fédéral d'investir davantage de fonds publics pour la recherche et le développement. « Vous avez besoin d'un bon équilibre de mesures directes et indirectes pour stimuler l'innovation des entreprises », a déclaré le président du CSTI, Howard Alper.

Le rapport du CSTI ne se contente pas de demander à Ottawa d'augmenter les fonds pour la recherche et le développement. « Les fonds publics peuvent, par exemple, compléter les fonds privés pour soutenir les initiatives des entreprises qui cadrent avec les priorités du gouvernement », peut-on lire.

« Ce rapport, ainsi que le rapport du Groupe d'experts chargé d'examiner le soutien fédéral à la recherche et au développement, procure à notre gouvernement des conseils importants alors que nous continuons à appliquer la stratégie scientifique et technologique et que nous cherchons des moyens de maximiser les résultats de l'innovation du secteur privé », a déclaré dans un communiqué le ministre d'État (Science et la Technologie), Gary Goodyear.

Commentaires
Loading