Opinions | Chroniqueurs

La chronique de Jean-Marc Léger

Les mal-aimés

Jean-Marc Léger

Jean-Marc Léger @

Journal de Montréal, Publié le: | Mise à jour:

À peine 8 % des Québécois font confiance aux politiciens. Au Québec, on fait davantage confiance aux avocats, aux entrepreneurs en construction, aux agents d’immeuble et aux lobbyistes qu’aux politiciens. D’ailleurs, seuls les vendeurs d’autos usagées sont aussi impopulaires que nos politiciens. C’est ce qui ressort de notre dernier grand baromètre annuel des professions au Québec.

C’est vrai que la plupart des politiciens

disent des demi-vérités et que la ligne de parti leur fait dire n’importe quoi, mais est-ce que vous êtes prêts à entendre toute la vérité et rien que la vérité ?

C’est vrai que certains politiciens n’ont pas toutes les compétences et les qualités requises, mais êtes-vous prêts à payer plus cher pour en attirer de meilleurs ?

C’est vrai que les politiciens sont un peu vaniteux, veulent voir leur photo dans le journal et qu’ils ne pensent qu’à leur réélection, mais savez-vous que s’ils perdent leurs élections, ils auront de la difficulté à se trouver un nouvel emploi ?

C’est vrai que les députés et ministres ont certains privilèges que les citoyens n’ont pas, mais sacrifieriez-vous votre vie familiale et votre santé pour visiter les bingos et les clubs d’âge d’or les samedis soirs ?

C’est vrai qu’ils ne livrent pas toujours leurs promesses, mais savez-vous qu’ils travaillent sept jours sur sept et souvent 12 heures par jour ?

J’ai vécu la politique de l’intérieur avec mon père et ma sœur qui ont été

députés et ministres. J’ai aussi côtoyé la plupart des députés, ministres et premiers ministres des trente dernières

années et je peux vous assurer que la très grande majorité d’entre eux sont honnêtes, travailleurs et dévoués à leurs électeurs et au Québec, et ce, dans quelque parti que ce soit.

Ce n’est pas parce qu’il existe quelques magouilleurs, comme il y en a dans tous les métiers, qu’il faut tous les condamner. Parce qu’à la fin, nous avons les politiciens qui nous ressemblent et que nous méritons.

Les Pompiers en tête

Dans notre baromètre, ce sont les pompiers, les ambulanciers et les infirmières qui occupent les trois premiers rangs. D'ailleurs, ce sont les professions les plus proches des citoyens qui occupent le premier tiers du baromètre comme les facteurs, les enseignants ou les médecins. Viennent ensuite les professionnels comme les écrivains, les notaires, les informaticiens, les ingénieurs ou les comptables, dans le second tiers. Les gens d’argent et les chialeux comme les gens d’affaires et de finances, les consultants ou les vendeurs arrivent dans le dernier tiers.

Avec 8 % de popularité, les politiciens sont sous-évalués. Il est temps pour eux de se rapprocher des citoyens s’ils veulent remonter dans le cœur de la population.

Mais le vrai drame de ce sondage, ce n’est pas l’impopularité des politiciens, mais bien la profession de sondeurs qui a chuté de 5 points. Les cordonniers sont souvent les plus mal chaussés.