Accueil

Les deux équipes ont gagné leur pari

Publié le:

Pierre Gauthier a joué gros le 17 juin 2010 en coupant les ponts avec Jaroslav Halak pour faire de Carey Price le gardien de confiance à Montréal.

Un mois après son féerique parcours en séries, en conduisant le Canadien à une première présence en finale de l’Est depuis 1993, Halak a pris le chemin de Saint-Louis.

Lars Eller, un choix de première ronde en 2007, et Ian Schultz, un robuste ailier, ont fait le trajet inverse.

Un peu plus de 18 mois après cette transaction importante, il y a une seule certitude. Gauthier a gagné son pari en misant sur Price.

Il est toutefois encore trop tôt pour juger de l’équipe gagnante de ce pacte. Le Tricolore a obtenu un joueur de centre prometteur en Eller, mais Schultz risque fort de ne jamais patiner sur une glace de la LNH.

Un gardien qui reste frêle

En misant sur Halak, les Blues ont ouvert leurs portes à un gardien de talent. Le Slovaque n’a cependant pas encore démon­tré qu’il pouvait se retrouver dans la peau d’un numéro un pour une longue saison de 82 matchs.

Du haut de ses 5 pieds et 11 pouces, il restera toujours un gardien frêle.

Très bien épaulé cette saison avec Brian Elliott, une révélation dans la LNH, Halak a retrouvé son aplomb après un faux départ.

Le gardien de 26 ans n’a pas perdu un seul match en temps réglementaire à ses neuf derniers départs (6-0-3).

Halak profitera certainement d’un maître du jeu défensif avec l’entraîneur en chef Ken Hitchcock.

Un bon deuxième centre

Le jour de la transaction, Gauthier avait tenu des propos très réalistes.

« Cette décision est en fonction de l’avenir, avait déclaré le DG du Canadien. Carey n’a que 22 ans et il a déjà joué près de 150 matchs dans la LNH.

« Il a l’expérience des séries et il a gagné la Coupe Calder. Carey est un joueur qui a beaucoup à offrir et il va nous donner du bon hockey. »

Même s’il ne connaît pas une saison aussi spectaculaire que l’an dernier, Price a prouvé qu’il appartient à l’élite des gardiens de la LNH. Halak ne peut en dire autant.

Au sujet d’Eller, la pièce maîtresse dans cet échange pour le Canadien, Gauthier avait fait cette prédiction en juin 2010 : « On voit Eller comme un futur deuxième centre dans la LNH. »

Le Danois s’approche de plus en plus de cet objectif. Un match de quatre buts ne fait toutefois pas une carrière. Vous pouvez en parler à Jan Bulis...

En 38 matchs, Eller a amassé 17 points (huit buts et neuf mentions d’assistance). Depuis plusieurs parties, il gagne en confiance et il génère plus d’occasions de marquer aux côtés d’Andrei Kostitsyn et Travis Moen.

Un rare attaquant grand format

Le Canadien a gagné une chose très importante dans cette fameuse transaction avec les Blues. En Eller, Gauthier a enfin déniché un joueur de centre grand format, avec un gros gabarit.

À six pieds et deux pouces, 198 livres, il est un oiseau rare dans le vestiaire du Canadien.

Tomas Plekanec, David Desharnais et Scott Gomez sont tous des joueurs de centre de petit gabarit.

Schultz, l’autre espoir obtenu des Blues, n’a obtenu que 4 points (2 buts, 2 aides) en 21 matchs avec les Bulldogs de Hamilton cette saison. On peut affirmer qu’il a maintenant perdu son titre d’espoir.

  • Les joueurs des Blues s’entraîneront cet après-midi à 14 heures au Centre Bell et il sera intéressant d’entendre les commentaires de Halak sur ce retour à Montréal.