Actualité | Faits divers et judiciaire

Alcool | Université

Une vidéo controversée

Héloïse Archambault

Héloïse Archambault @

Journal de Montréal, Publié le: | Mise à jour:

Vidéo controversée

Photo tirée de Facebook

La vidéo mise en ligne montrait des étudiants qui buvaient de l’alcool. Sur la photo, la soirée du lancement du Carnaval 2012.

La diffusion d’une vidéo promotionnelle montrant des étudiants en train de boire de l’alcool a entraîné l’annulation d’un des plus gros partys de l’année, à l’Université de Montréal.

« Le contenu de la vidéo ne reflétait pas les valeurs de l’Université, alors nous avons décidé d’interdire les activités où il y a consommation d’alcool pour le moment », explique Flavie Côté, porte-parole de l’Université de Montréal.

L’Université a aussi demandé un retrait temporaire du permis d’alcool de la Fédération des Associations étudiantes du Campus de l’Université de Montréal (FAÉCUM) auprès de la Régie des alcools, des courses et des jeux.

Une vidéo controversée

Voilà maintenant plusieurs années que la FAÉCUM fait la promotion de son carnaval d’hiver grâce à une vidéo. En quelques secondes, les différentes associations étudiantes affichent leurs couleurs en vue des compétitions et se lancent des défis.

Or, cette année, la vidéo mise en ligne le 10 janvier dernier montrait des étudiants qui buvaient de l’alcool. Après seulement 24 heures de diffusion, la FAÉCUM a reçu un appel de la direction de l’Université et s’est vue dans l’obligation de la retirer.

Alcool et « propos vulgaires »

« Il y a eu du dérapage, comme des étudiants qui buvaient de l’alcool et aussi des propos vulgaires, indique Stéfanie Tougas, secrétaire générale de la FAÉCUM. Mais, ce sont des extraits de quelques secondes. On ne pensait pas que ça pourrait choquer. »

Ainsi, l’Université a décidé de reporter le « party du 2e étage », qui était prévu jeudi prochain. Cette fête bisannuelle, une des plus populaires de l’année, attire en moyenne 2 000 étudiants dans le pavillon Jean-Brillant.

« Quand on l’a su, on a trouvé que c’était une réaction disproportionnée. Notre but n’était pas de nuire à l’Université ou de ternir la réputation des étudiants », poursuit Stéfanie Tougas.

Respect des « valeurs »

Pour le moment, aucune autre date n’a été choisie pour le party.

« Nous devrons d’abord avoir des garanties que les prochaines activités respectent l’intégrité des participants et que l’encadrement des événements est assuré, poursuit Flavie Côté. On sait que ces fêtes sont importantes, mais les valeurs doivent d’abord être respectées. »

Par ailleurs, une autre activité du Carnaval a été touchée par cette décision. La semaine dernière, une fête qui devait avoir lieu au campus de Saint-Hyacinthe a finalement été tenue dans un bar. Hier, plusieurs étudiants étaient déçus de la tournure des événements.

« C’est un party qui donne une vie de campus, croit l’étudiant Gabriel Michaud. J’ai l’impression que l’Université a utilisé le prétexte de la vidéo pour l’annuler. C’est abusif. »