/entertainment/music
Navigation
Old ideas

Sur les traces de Leonard Cohen

Coup d'oeil sur cet article

L’un des artistes montréalais les plus légendaires et connus à travers le monde, Leonard Cohen est de retour avec un premier album en huit ans, Old Ideas. À quoi ressemble le Montréal de Cohen ? Le Journal est parti à la recherche des endroits associés au chanteur, de son enfance à aujourd’hui.

En refaisant le parcours de Leonard Cohen, on constate que trois quartiers de la métropole semblent avoir principalement influencé sa vie.

Il y a d’abord Westmount, où Cohen a vu le jour, au sein d’une famille juive de classe moyenne, le 21 septembre 1934. La maison d’enfance de l’artiste est toujours bien en place, rue Belmont. À quelques minutes de là se trouve la synagogue où Cohen a fêté sa bar-mitsva.

Au Westmount High School, on nous a permis de jeter un œil sur l’album de finis­sants de 1951, année où Cohen a obtenu son diplôme. Comme passe-temps, on peut y lire que le jeune Leonard Norman Cohen aimait chanter des chansons entre les classes. Président du conseil étudiant, il faisait partie du club des arts de l’école et il était aussi... cheerleader.

Le Vieux-Montréal se retrouve également associé à l’œuvre de Cohen, notamment grâce à la célèbre chanson Suzanne, qui fait référence à Suzanne Vardal, femme du sculpteur Armand Vaillancourt. Dans la pièce, le chanteur parle du fleuve, d’une petite chapelle près du port et qui fait face au soleil levant.

Sur le Plateau

Aujourd’hui, Leonard Cohen revient encore à l’occasion à Montréal, même s’il passe la majeure partie de son temps à Los Angeles. Il possède toujours une maison sur le Plateau Mont-Royal, achetée dans les années 1970. « Mes enfants et mes petits-enfants viennent ici à l’occasion, a-t-il dit dans une récente entrevue. J’ai une bonne machine à laver que les gens du quartier viennent encore utiliser ! »

« Leonard Cohen est l’une des personnalités de Montréal qui s’est le plus illustrée sur la scène internationale, dit André Ménard, cofondateur du Festival de Jazz. Il s’est toujours dit habité par Montréal. Il a un lien organique avec la ville, ce qui fait qu’il est toujours heureux quand il y revient. »

Et que fait-il quand il revient en ville ? Le chanteur aime aller au café Bagel etc. ou manger un smoked meat au fameux Schwartz’s, tous deux situés à quelques pas de chez lui. Comme quoi, malgré son statut de légende, Leonard Cohen demeure une personne bien simple.

Commentaires