/sports/hockey/canadien
Navigation
Hockey

Pacioretty y croit encore

« Participer aux éliminatoires est un objectif réalisable »

Coup d'oeil sur cet article

« Je sens que le vent tourne. L’ambiance au sein de cette équipe n’a jamais été aussi bonne cette année. »

Max Pacioretty n’en démord pas. Au contraire, il vit d’espoir.

« Participer aux séries éliminatoires est un objectif réalisable », a-t-il affirmé, hier, lors d’un bref entretien au club de tennis de L’Île des Soeurs, où nous l’avions convié.

Pour parler de hockey, bien sûr, mais aussi de sa Fondation qui tiendra, ce vendredi, sa plus importante activité depuis sa création en novembre dernier.

Par cette démarche, Pacioretty veut amasser des fonds pour permettre à l’Hôpital général de Montréal d’acquérir le dernier cri des appareils d’imagerie par résonance magnétique.

L’équipement est coûteux. Aux 3,5 millions de dollars exigés à son achat, il faudra ajouter un montant semblable pour son installation et la formation de ses techniciens notamment.

Guérison complète

Pacioretty, victime d’une commotion cérébrale en mars dernier, veut contribuer au bien-être des gens qui ont subi le même sort que lui. Et pas seulement les sportifs.

« Si je n’ai plus aucune séquelle de mon accident, c’est grâce aux excellents soins qui m’ont été prodigués à l’Hôpital général de Montréal. C’était pour moi un devoir de m’impliquer. »

Cet appareil, destiné au Centre de traumatisme craniocérébral du centre hospitalier montréalais, va permettre à l’institution de devenir une des références mondiales dans le traitement des commotions cérébrales.

La campagne de financement bas son plein. Dès les premiers jours de sa création, la Fondation a reçu 1 million de dollars d’un donateur anonyme.

Si ses appuis fusent de toute part, il se dit très chanceux de pouvoir compter sur sa charmante épouse, Ekatarina Afinogenova, qui a accepté de s’y engager à fond.

Madame est aussi une grande sportive. Issue de la filière russe, qui a produit de grandes championnes au tennis, elle a déjà occupé le 120e rang mondial à la WTA. Elle a pris sa retraite il y a deux ans.

« Nous nous sommes rencontrés en Floride grâce à des amis communs », relate-t-elle.

Le couple s’est marié en juillet dernier.

« Étant moi-même athlète, je sais exactement ce que vit Max. C’est un être passionné qui vit au rythme de son sport. Je suis consciente des sacrifices qu’il a dû faire pour en arriver là. »

Ekatarina est d’ailleurs en pays de connaissance. Son frère, Maxim Afinogenov, a porté les couleurs des Sabres de Buffalo et des Thrashers d’Atlanta, avant de terminer sa carrière en Russie.

Deux bonnes causes

Montréal sera donc le théâtre du All Star Charity Event, ce vendredi, dès 18 h au Windsor, sur la rue Peel à Montréal.

L’événement servira non seulement la Fondation de Pacioretty, mais aussi celle du légendaire gardien Vladislav Tretiak, qui sera présent, tout comme Alexander Ovechkin, dont l’équipe, les Capitals de Washington affrontera le Tricolore le lendemain après-midi.

Bon nombre de coéquipiers de l’attaquant du Canadien, dont P.K. Subban et Lars Eller, ont aussi accepté l’invitation.

Un encan, dirigé par Yvon Lambert (ça promet !) permettra de vendre près de 80 lots, y compris des pièces d’équipements autographiés, une soirée VIP au centre Bell et aussi un voyage à Moscou pour assister à la cérémonie pour le 60e anniversaire de naissance de Tretiak, en avril prochain.

Près de 900 convives sont attendus. Le prix d’entrée a été fixé à 195 $ par personne.


Commentaires