/travel/outdoors
Navigation
Écotourisme

Une nouveauté : le ski-raquette

Coup d'oeil sur cet article

« C’est quoi donc votre affaire ? », nous a demandé une skieuse de fond intriguée, quand elle nous a vus avec nos skis-raquettes sur le sentier de raquette GV, à l’intersection de la piste Maple Leaf. « Je pense que vous n’êtes pas sur le bon sentier », nous a lancé poliment une dame en raquettes croisée un peu plus loin, confondant visiblement nos skis-raquettes avec des skis de fond.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que les skis-raquettes, larges et courts, suscitent la curiosité dès le premier coup d’œil. C’est ce que j’ai constaté mercredi dernier quand j’ai fait l’essai de ce tout nouvel équipement de plein air au Québec, au parc régional de Val-David-Val-Morin, secteur Far Hills.

J’étais avec Marc André Lebuis, cofondateur d’Éco Aventure Monde et instigateur des randonnées d’initiation au ski-raquette. Pour l’essai, se sont joints à nous Janick Raymond, guide formée en tourisme d’aventure, et René Levac, directeur technique au parc régional, secteur Far Hills.

Circuit parcouru

En partance du chalet d’accueil, nous sommes allés emprunter le circuit de raquette GV. La peau synthétique sous la semelle donnait une bonne adhérence pour monter les pentes. Quand la côte était plus difficile à gravir, nous sortions du sentier pour nous déplacer de façon perpendiculaire.

Les skis-raquettes portaient bien sur la neige vierge. Lors de notre excursion, la croûte rendait toutefois l’exercice plus exigeant, car il fallait parfois lever les pieds pour se dégager. Les conditions n’étaient pas idéales, mais en suivant les traces des autres, il était plus facile de progresser sans trop se fatiguer.

Au retour, nous avons eu à descendre et, ainsi, à affronter plusieurs pentes. Le sentier de raquette étant étroit et sinueux, il n’aurait pas été prudent de s’y élancer. Nous avons donc louvoyé de part et d’autre du sentier dans la neige épaisse, pour descendre graduellement.

En trois heures, nous avons parcouru quatre kilomètres. C’est vous dire à quel point le fait de circuler hors piste dans les sous-bois peut prendre beaucoup plus de temps que de circuler sur le sentier, en raquettes. Même si nous avons parcouru moins de distance, nous avons eu le plaisir de passer dans des secteurs inexplorés.

Envie d’essayer ?

Les skis-raquettes Altaï ne sont pas encore en vente dans les magasins. Par contre, il est possible d’en faire l’essai et de s’initier avec Éco Aventure Monde. Par la suite, libre à vous de leur en commander une paire. Intrigué ? Il n’y a rien comme l’expérience pour se faire une idée !

Commentaires