Opinions | Le courrier

Le courrier

Le bateau d’Accurso... Le château de Desmarais...

Publié le: | Mise à jour:

Quelle est la différence entre séjourner sur le légendaire bateau d’Accurso ou dans le prestigieux château des Desmarais ? L’un est banquier l’autre est dans la construction me diront certains.

Or ces deux situations sont semblables sur le plan déontologique. Elles peuvent, selon les circonstances, devenir des apparences, des risques ou même de réels conflits d’intérêts. Contrairement à ce que plusieurs pensent, les conflits d’intérêts ne sont pas des maladies. L’important est de les déclarer, tenter de les éviter et lorsqu’impossible, les encadrer.

La présence de messieurs Sabia et Charest au manoir de Sagard les plaçaient-ils ou les placeront-ils dans des situations de conflit d’intérêts ? Nous ne disposons pas des détails pour nous prononcer. Cependant, il est possible d’analyser les principaux enjeux.

Que messieurs Charest, Sabia ou Sarkozy aient des amis milliardaires n’a rien de répréhensible, ils ont droit à leur vie privée. La transparence et la confiance des citoyens justifieraient cependant qu’ils le déclarent ouvertement en raison de leurs responsabilités publiques. En raison de ces liens d’amitié, ils se retrouveraient dans des situations de conflits d’intérêts lorsqu’impliqués dans des dossiers portant sur les entreprises des Desmarais. Ils seraient dans la « possibilité » de privilégier un autre intérêt (celui de leur ami) à celui de l’organisation publique qu’ils doivent servir. Les bonnes pratiques suggéreraient alors qu’ils se retirent de ces dossiers où que soient mis en place des encadrements rassurant le public que leur jugement ne sera pas influencé.

S’ils ne sont pas des amis, accepter une telle invitation crée une « proximité » et un intérêt « personnel » non négligeable sur le plan monétaire. D’un point de vue déontologique, il n’y a aucune différence entre leur situation et celle d’un élu municipal invité par un entrepreneur sur un bateau ou en voyage en Italie. Ce n’est pas la même chose qu’un dîner en public au restaurant du coin ! Pour les Desmarais, ceux-ci peuvent inviter qui ils veulent. Cependant, le Commissaire au lobbyisme pourrait y voir une potentielle communication d’influence laquelle se devrait alors d’être encadrée.

Il n’est sans doute pas facile de gérer vie personnelle et professionnelle lorsque l’on se retrouve dans le Québec Inc. Cependant, ce n’est pas une excuse. Si un haut titulaire de charge publique souhaite que ses employés se comportent de manière appropriée dans des situations similaires, les bottines doivent suivre les babines.

En terminant, avouons qu’il est comique que le propriétaire d’un journal qui a largement commenté l’histoire du bateau d’Accurso se retrouve aujourd’hui dans le même bateau… Le château deviendra-t-il un endroit à éviter comme l’est devenu le fameux bateau ?

Donald Riendeau  |  avocat indépendant et conseiller en éthique