/sports/hockey/homepage
Navigation

Jouer la bonne carte

Coup d'oeil sur cet article

Au cours des dernières semaines, on expliquait le silence des directeurs généraux de la Ligue nationale par leur ­entêtement à vouloir frapper un circuit avec les buts ­remplis. Ça n’a pas ­fonctionné jusqu’ici.

Dans l’histoire de la Ligue ­nationale, il est parfois arrivé qu’un ­directeur général réalise un coup fumant.

On peut penser à Craig Patrick, qui avait concocté une transaction avec Eddie Johnston, alors directeur général des Whalers de Hartford. Les Penguins avaient cédé John ­Cullen, Zarley Zalapki et Jeff Parker en retour de Ulf Samuelsson, Grant Jennings et Ron Francis.

Cet échange devait permettre aux Penguins de gagner la coupe Stanley, alors qu’à l’opposé les Whalers devinrent une équipe bien ordinaire.

C’était à l’époque où on ne devait pas composer avec un plafond salarial. C’était aussi l’époque où les équipes riches pouvaient ouvrir les coffres pour récompenser les formations moins fortunées.

Je ne pense pas que le plafond sala­rial ait permis aux équipes évoluant dans des marchés difficiles de s’enrichir. On leur impose un plancher salarial et, dans bien des cas, il est encore plus difficile de joindre les deux bouts, comparativement aux anciens règlements.

Parité

Par contre, le plafond salarial et le plancher salarial ont créé une parité qu’on n’avait jamais vue dans le passé.

Par conséquent, avant de conclure une transaction, il faut maintenant s’assurer d’avoir les informations les plus pertinentes. Le directeur général n’a plus le droit à l’erreur. Une mauvaise transaction pourrait avoir des conséquences énormes sur les chances d’une participation aux séries éliminatoires.

L’autonomie après sept années dans la Ligue nationale n’est pas sans causer des problèmes aux équipes. Donc, il faut savoir calculer, il faut savoir évaluer le talent et il faut se préparer à composer avec une nouvelle convention de travail.

Mais n’allez pas croire qu’on va respecter le statu quo.

Des équipes n’ont pas d’autre choix pour améliorer leur position que d’effectuer des changements dans leurs effectifs.

Pour le directeur général, il faut oublier le coup de circuit avec les buts remplis. Il faut surtout savoir jouer la bonne carte.

Voici une liste des équipes qui pourraient être impliquées sur le marché des transactions d’ici lundi à 15 h.

LES ACHETEURS
NEW YORK (RANGERS)
Parmi les trois meilleures formations de la Ligue nationale depuis le début de la saison, les Rangers ont une chance de ­gagner la coupe Stanley. Pas étonnant qu’ils se retrouvent au cœur du derby Rick Nash. Cependant, devront-ils ­briser leur unité défensive, le pain et le beurre de cette formation, pour obtenir l’attaquant ? Je ne pense pas que le joueur des Blue Jackets soit la réponse pour faire des Rangers une meilleure équipe. Le prix à payer est trop élevé.
SAN JOSE
Ça ne va pas bien du tout à San Jose. L’équipe est en chute libre et Doug ­Wilson devra colmater les brèches. Ce n’est sûrement pas Dominic Moore qui est la réponse. Les gardiens sont chancelants, la défense soulève des interrogations et on rêve de voir Rick Nash aux côtés de Joe Thornton. Mais le prix est très élevé et les Sharks ne céderont pas Logan Couture pour Nash... du moins c’est ce que pensent bien des ­recruteurs.
 
Chicago
Les gardiens ont retrouvé la forme chez les Blackhawks, mais est-ce suffisant ? Cette rumeur d’échange de Ryan Miller pour ­Patrick Kane est-elle fondée ? « J’en doute, » me dit un observateur près des Blackhawks. Chicago doit ajouter des éléments en attaque et ajouter de la profondeur en défense. Les Blackhawks seront à surveiller d’ici lundi.
WASHINGTON
George McPhee est en difficulté ainsi qu’Alexander Ovechkin et ses coéquipiers. Choisis pour terminer au premier rang de l’Association de l’Est, en tous les cas choisis pour terminer facilement au premier rang de la division Sud-Est, les Capitals sont menacés de ranger les équipements dès le début d’avril. McPhee sera actif, c’est évident. Alexander Semin en est probablement à ses derniers matchs avec les « Caps ».
 
LOS ANGELES
L’une des pires formations de la Ligue nationale en attaque. Mike Richards et Anze Kopitar déçoivent. Les Kings sont peut-être l’équipe qui a les meilleures chances d’obtenir Nash. Ils devront sacrifier un défenseur : Jack Johnson; un gardien : Jonathan ­Bernier; un joueur prometteur et un choix de première ronde.
NEW YORK (ISLANDERS)
Les Islanders seront sollicités par quelques formations et Garth Snow veut améliorer sa brigade défensive. Evgeni Nabokov sera celui que les Islanders ­offriront comme appât. Le gardien russe connaît une très bonne saison et il pourra s’avérer un cran de sûreté pour bien des formations.
 
boston
Il faut toujours garder Peter Chiarelli à l’œil. Les Bruins peuvent-ils répéter ? Pourquoi pas. Ils ont encore les éléments en place. Cependant, Chiarelli s’est inscrit au derby Rick Nash. Il a des joueurs à fournir aux Blue Jackets. Également, il compte sur deux excellents gardiens qui peuvent faire l’envie de bien des ­formations.
toronto
Brian Burke aime bien s’attirer les projecteurs. Cependant, ça pourrait bien tourner contre lui s’il ne parvient pas à freiner la descente de son équipe. Les Maple Leafs sont loin d’être assurés d’une place dans les séries éliminatoires et les deux gardiens représentent une grande source d’inquiétude. À considérer aussi le statut de Mikaïl Grabovsky.
VENTE DE LIQUIDATION
COLUMBUS
Prati-
quement tout le monde est à ­échanger, y compris le conducteur de la Zamboni. Antoine Vermette vient de prendre la direction de Phoenix, Jeff Carter est maintenant à Los Angeles et, évidemment, Rick Nash retient toute l’attention
CAROLINE
On voudrait bien faire le grand ménage, mais il y a peu de joueurs intéressants chez les Hurricanes à part le défenseur Bryan Allen et l’attaquant Tuomo Ruutu. Les Hurricanes tentent de faire signer une entente de plusieurs saisons au joueur finlandais. Les Hurricanes ­seraient-ils prêts à considérer des offres pour Cam Ward, l’excellent gardien ?
 
TAMPA BAY
Steve Yzerman a fait connaître ses couleurs. Le Lightning vient ­d’annoncer une vente de liquidation. ­Touchera-t-on aux joueurs clés de la formation ? Peut-être que non, mais Ryan Malone pourrait changer d’adresse.
EDMONTON
Alex Hemsky est sur le marché et les Predators de Nashville sont vraiment attirés par ce joueur. Par contre, son ­effort au travail soulève bien des ­questions. Sa production en attaque également. Si vous parlez aux Oilers, vous devez discuter du statut de leurs jeunes joueurs en sachant que cette équipe a un urgent besoin d’un ­défenseur de haut calibre.
 
MONTRÉAL
Je présume que le Canadien ne croit plus aux miracles non plus. C’est le ­moment de faire de la place aux jeunes ou encore de profiter de la possibilité de mettre la main sur un joueur de ­premier plan. Le marché des joueurs autonomes sera également attrayant à la défense si Ryan Suter et Shea Weber ne signent pas de contrat avec les ­Predators.
BUFFALO
On ne croit plus aux miracles à Buffalo. La saison est perdue... Est-ce le moment de liquider des joueurs comme Derek Roy ou encore Drew Stafford ? Et pourquoi pas Ryan Miller ?
LES « FOUINEUX »
CALGARY
Les Flames sont près de leur objectif, mais ils doivent améliorer leur attaque qui ne produit pas beaucoup. La défense est stable, Miikka Kiprusoff est l’un des meilleurs gardiens du circuit. Du renfort en attaque est une nécessité pour cette formation. Andreï Kostitsyn ­semble intéresser les Flames.
OTTAWA
Brian Murray ne veut pas déroger à son plan présenté au propriétaire Eugene Melnyk en début de saison. Mais on ne pensait pas qu’à la fin de février, les Sénateurs occuperaient une position aussi enviable. La donne a changé. Un attaquant est dans la mire de Murray, mais pas question de céder un jeune joueur prometteur de l’organisation
 
DETROIT
Les Red Wings ont complété leur magasinage relativement aux ­défenseurs. Vont-ils ajouter du ­renfort en attaque ? Ken Holland va attendre la bonne occasion et il est très rusé dans ce genre de situation.
NASHVILLE
Chaque année, les Predators sont au rendez-vous du printemps. Il leur manque un joueur ou deux pour aller plus loin que la deuxième ronde. Devront-ils sacrifier un de leurs deux meilleurs ­défenseurs ? Shea Weber et Ryan Suter seront des joueurs autonomes sans restriction à la fin de la saison. Mais sans les deux arrières, ils ne peuvent pas gagner. David Poile aura d’importantes décisions à prendre.
 
FLORIDE
Les Panthers tiendront-ils le coup ? Les Capitals exerceront-ils une pression sur cette équipe. Dale ­Tallon a été clair : « Nous devons améliorer notre attaque. » En ­défense, les blessés ­reprendront éventuellement leurs ­activités. Peut-être que Tallon voudra aussi améliorer la position de gardien, bien que José Theodore ait été ­solide récemment.
SAINT LOUIS
Les Blues sont plutôt discrets dans les rumeurs. Cependant, Doug Armstrong a de bons jeunes joueurs qui pourraient ­attirer l’attention. Il n’a toutefois pas l’intention de conclure une transaction pour le plaisir de le faire. Les Blues aiment bien leur formation et ils ne veulent ­surtout pas briser la chimie créée à l’intérieur de l’équipe.
 
VANCOUVER
Le directeur général Mike Gillis aime bien se manifester à la date ­limite pour faire des transactions. Le fera-t-il encore cette saison ? L’an dernier, il avait acquis Christopher Higgins et Maxim ­Lapierre. Cette saison, il a besoin d’un défenseur d’expérience.
NEW JERSEY
Ça faisait quelques semaines que les Devils regardaient du côté du Wild du Minnesota et de Marek ­Zidlicki, d’autant plus que le défenseur n’était plus dans les bonnes grâces de Mike Yeo, l’entraîneur. ­Finalement, les deux organisations en sont venues à un accord pour faire une transaction.
 
LES OPPORTUNISTES
PHILADELPHIE
Les Flyers ont amélioré leur défense. Ils surveilleront maintenant une proie. C’est dans leurs habitudes d’être aux aguets. Ils ont cependant un problème de taille, toujours le même : les ­gardiens.
ANAHEIM
Va-t-on parier sur les chances d’arriver au fil juste à temps pour le tournoi printanier ou va-t-on penser à l’an prochain ? Croyez-moi, Teemu Selanne sera le joueur le plus convoité si jamais il est sur le marché.
 
WINNIPEG
Les Jets n’ont pas grand-chose à offrir sauf le défenseur Johnny Oduya. Mais ils doivent ajouter un élément ­important à leur attaque.
MONTRÉAL
Ça va vous paraître étrange de retrouver le Canadien dans la catégorie des opportunistes tout en affichant « vente de liquidation », mais c’est bel et bien dans cette position que se retrouve Pierre Gauthier. Il a la chance d’obtenir un bon joueur, un soli­de joueur, avec Moen, Kostitsyn, ­Campoli et Weber sur le ­marché.
Commentaires