/sports/hockey/canadien
Navigation
Canadien

Message clair aux Québécois

Message clair aux Québécois
Photo le Journal de Montréal, Sébastien St-Jean Geoff Molson, en s’exprimant en français sans tomber dans le bilinguisme cucu la praline d’une phrase en français et d’une autre en anglais, a lancé un message très clair aux Québécois.

Coup d'oeil sur cet article

Et maintenant, vers qui se tourneront Geoff Molson et Serge Savard ? C’est la seule question qui compte vraiment puisque les deux hommes ont déjà clairement établi quelle serait la philosophie de l’organisation au cours des prochaines années.

Geoff Molson, en s’exprimant en français sans tomber dans le bilinguisme cucu la praline d’une phrase en français et d’une autre en anglais, a lancé un message très clair aux Québécois. Ça voulait dire : « J’ai compris. J’ai malheureusement laissé faire des Elvis Gratton, je m’excuse et je vous respecte ».

En allant chercher Serge Savard pour le conseiller dans le choix du futur directeur général, il fait d’une pierre deux coups.

Il ramène dans le giron du Canadien un grand des grands injustement foutu dehors par Ronald Corey en 1995.

Le fait français

Mais surtout, il ouvre grand la porte au retour du fait français dans ce qui fut déjà à une époque « Le Canadien de Montréal ». Aujourd’hui, c’est une organisation vidée de sa substance qui se limite à un sigle, le CH.

D’ailleurs, Serge Savard n’a pas employé une langue de bois dans les entrevues qu’il a données tant à TVA Sports qu’à d’autres réseaux. Il a parlé de l’importance d’avoir des joueurs francophones capables d’être liés à la population, de l’opportunité de profiter d’une Ligue junior majeure du Québec sous-évaluée et mésestimée et d’y trouver de bons joueurs que les autres équipes n’auront pas vus.

Ces paroles, Serge Savard les a déjà dites à Geoff Molson. Et connaissant le « Sénateur », on sait qu’il peut être convainquant.

McGuire, BriseBois et d'autres

Geoff Molson, qui avait été bien préparé par National et Donald Beauchamp, a bien navigué dans les questions portant sur la langue. Mais s’il respecte ce qu’il a dit, le prochain directeur général du Canadien parlera français.

Et ça ne limite pas tant que ça les recherches. De toute façon, les gens seraient surpris d’apprendre qui est capable de s’exprimer en français dans le hockey. Je pense en particulier à Dale Tallon, le directeur général des Panthers de la Floride, à qui j’ai toujours parlé en français. Il vient de Rouyn-Noranda et il lui suffirait d’un été pour dérouiller son français. C’est un exemple.

De toute façon, Marcel Aubut a déjà parcouru la planète au complet pour trouver Martin Madden dans sa cour. Tout ce dont Molson et Savard ont besoin, c’est de trouver un bon candidat. Il y en a plusieurs.

Pierre McGuire revient souvent dans les conversations. Ancien coach dans la Ligue nationale, analyste à la télé américaine, ce résident de Mont-Tremblant est bien branché et connaît l’univers du hockey professionnel.

Julien BriseBois me semble être le candidat idéal. BriseBois a commencé dans la vie au bureau d’avocats de Marcel Aubut et a gravi tous les échelons du hockey jusqu’à devenir adjoint de Steve Yzerman.

Je rappellerai simplement que Serge Savard était plus jeune que BriseBois et avait infiniment moins d’expérience que lui quand il est devenu directeur général du Canadien.

Vincent Damphousse, une fois qu’il aura expliqué ce qu’il veut faire avec ses 20 Chinois dans l’équipe, pourrait être un candidat intéressant. Il a fait preuve de cran et d’intelligence dans le conflit de 2004-2005 quand il était vice-président de l’Association des joueurs de la Ligue nationale.

Et il y a Patrick Roy. Celui-là pourrait sans doute être aussi bien directeur général qu’entraîneur avec le Canadien. Mais je ne suis pas convaincu qu’il a le tempérament pour rassurer Serge Savard.

Les gens parlent beaucoup de Patrick Roy au poste de coach de la Flanelle. C’est du temps perdu. Tant que le duo Molson-Savard n’aura pas trouvé la perle rare, ça ne donne rien de chercher un entraîneur.

Il est évident que le choix du coach du Canadien va appartenir au nouveau patron de l’équipe.

Sinon, aussi bien dire que Serge Savard est devenu directeur général de l’équipe par intérim.

Commentaires