/news/currentevents
Navigation
Harcèlement

Attendue chez sa mère

Geneviève Sabourin serait de retour à Montréal

Attendue chez sa mère
Photos le Journal de Montréal, mélanie colleu et archives Plusieurs proches de Geneviève Sabourin ont affirmé, hier, que l’actrice québécoise était de retour à Montréal, sans préciser où. La résidence de sa mère, à Candiac, est dans la mire des journalistes new-yorkais.

Coup d'oeil sur cet article

Plusieurs journalistes font le pied de grue depuis trois jours à Candiac, devant le domicile de Murielle Viens- Sabourin, la mère de Geneviève Sabourin, en espérant assister au retour de la comédienne québécoise accusée de harcèlement par l’acteur américain Alec Baldwin.

alec baldwin
Acteur américain

Appareils photos à portée de main, trois journalistes du New York Post scrutaient les allées et venues des passants, hier après-midi, devant une maison en briques rouges d’un quartier résidentiel de Candiac.

La veille, au moins quatre autres reporters se sont armés de patience à bord de leurs véhicules stationnés le long du trottoir en espérant apercevoir Geneviève Sabourin.

Si les représentants de la presse américaine et canadienne se donnent rendez-vous à quelques dizaines de kilomètres de Montréal, c’est parce que c’est ici qu’habite la mère de Geneviève Sabourin, Murielle.

Affirmant être sans nouvelles de sa fille depuis deux jours, elle refuse d’ouvrir sa porte aux médias. « Je ne sais pas quand elle va rentrer, confie-t-elle lors d’une entrevue téléphonique accordée au Journal. J’ai été très surprise par cette histoire, je n’en avais jamais entendu parler. »

Mme Sabourin raconte que Geneviève se portait très bien ces derniers temps et qu’elle était partie pour quelques jours à New York afin de trouver un travail en tant qu’actrice.

Mais dimanche soir, la Québécoise de 40 ans, qui demeure peu connue sur les plateaux de télévision et de cinéma, a été arrêtée à Manhattan (New York) alors qu’elle tentait d’entrer dans l’immeuble d’Alec Balwin.

La vedette de 30 Rocks a porté plainte pour harcèlement contre Geneviève Sabourin, avançant qu’il craignait pour sa sécurité. Cette dernière a cependant été libérée, le lendemain, sous promesse de se présenter en cour, le 14 mai.

Elle aurait, entre autres, adressé à l’acteur une série de courriels et de messages textes dans lesquels elle disait vouloir l’épouser.

Alec Baldwin dit pour sa part n’avoir partagé qu’un dîner avec la Québécoise.

Une deuxième version

Pusieurs proches de Geneviève Sabourin, pour qui cette affaire demeure invraisemblable, attendent impatiemment sa version des faits.

« J’ai hâte d’entendre son histoire à elle, car c’est une fille saine d’esprit, charmante et extrêmement agréable », livre Simon Bergeron, un de ses plus fidèles amis.

« Elle a son numéro personnel, son adresse courriel. Elle connaît sa maison de campagne, son appartement à New York... Il y a sûrement eu plus qu’un souper », ajoute un autre proche, soulignant la réputation de « coureur de jupon » de la vedette américaine.

Par le biais de quelques messages textes, elle a fait savoir à son entourage que tout allait bien. «Elle m’a dit qu’elle était correct et de ne pas m’en faire pour elle, confie une de ses amies d’enfance. C’est une femme rayonnante et très généreuse. J’espère qu’on l’entendra bientôt, car, pour l’instant, on n’a qu’un côté de l’histoire.»

Son agent, Luc Myre, a refusé de commenter l’affaire, faisant savoir que Mme Sabourin publirait un communiqué de presse la semaine prochaine.

Commentaires