/entertainment/events
Navigation
Exposition Star Wars Identités

L'empire débarque à Montréal

L'empire débarque à Montréal
photo Courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Les fans de Star Wars ne font pas les choses à moitié. Leur amour pour la populaire saga de science-fiction, ils l’expriment de plusieurs façons : en campant à l’extérieur des salles de projection, en organisant des conventions... et même en créant des religions. Les responsables de l’exposition Star Wars Identités connaissaient l’enthousiasme délirant des amateurs de l’épopée avant de s’embarquer dans l’aventure, il y a quelques années. Voilà pourquoi ils ont travaillé d’arrache-pied pour satisfaire leur appétit.

« La plupart du temps, quand on traite de science-fiction dans une exposition, on se pose toujours les mêmes questions : “Est-ce possible de voyager dans l’espace à la vitesse de la lumière ?” “Des robots qui parlent et des sabres laser, est-ce que ça se peut ?” Star Wars Identités, ce n’est pas du tout ça », indique Michel Groulx, chef du contenu au Centre des sciences de Montréal, qui présentera l’événement en grande primeur mondiale, à partir du 19 avril.

Star Wars Identités marque la deuxième collaboration entre Lucasfilm Ltd. et la société montréalaise X3 Productions, qui proposaient, au printemps 2011, Indiana Jones et l’aventure archéologique, une autre exposition basée sur une série de longs métrages chapeautés par George Lucas.

Pour Star Wars Identités, l’entreprise québécoise a remporté un appel d’offres lancé par la compagnie du réalisateur grâce à un concept novateur et personnalisé. « Ils ont proposé une formule qui mise sur l’interactivité : ils placent le visiteur au centre de l’expérience », expliquait Kyra Bowling, superviseure d’exposition chez Lucasfilm Ltd, en novembre dernier, à l’occasion du dévoilement de l’ambitieux projet.

Volet interactif

Comptant sur un budget de « plusieurs millions de dollars », Star Wars Identités promet d’approfondir le thème de l’identité humaine en invitant les fans des films de Georges Lucas à créer leur propre personnage inspiré des aventures de Luke et Anakin Skywalker. À l’entrée, chaque personne recevra un bracelet muni de la technologie RFID (radio identification). Cet objet emmagasinera toutes les données qui lui seront fournies par son détenteur durant le parcours de 90 minutes. Ces informations permettront au visiteur de se construire un avatar dont le portrait lui sera dévoilé au terme de l’expérience. Un portrait qu’il pourra notamment partager avec ses amis sur Facebook.

Environ 400 dessins ont dû être réalisés pour donner naissance à ce volet de l’exposition, souligne Geneviève Angio-Morneau. conceptrice muséologue chez gsmprjct°, l’une des trois grandes compagnies montréalaises à composer X3 Productions (avec Spectra et Bleublancrouge).

Un travail de titan

Pour développer ce contenu scientifique de Star Wars Identités, X3 Productions a eu recours aux services du Centre des sciences, lequel a réuni une équipe d’experts issus de diverses sphères d’activité, dont la génétique et la psychologie. Ensemble, ils ont divisé la notion d’identité en trois thèmes qui composent le contenu de l’exposition : l’origine des personnages, leurs influences et les choix qu’ils ont faits au cours de leur existence.

Au total, près de 350 Québécois ont œuvré à l’élaboration de l’exposition. « C’est un processus complexe qui demande beaucoup de coordination, explique Geneviève Angio-Morneau. On doit s’assurer que toutes les équipes vont dans la même direction. On va travailler jusqu’à la dernière minute pour livrer l’exposition. »

Au programme des prochains jours : peaufinage des effets sonores et installation des lumières.

Quant à Georges Lucas, il supervise l’évolution du projet par l’entremise de son équipe. « On travaille étroitement avec ses conseillers, qui connaissent bien ses goûts et ses intérêts », déclare Mme Angio-Morneau.

Le célèbre réalisateur et producteur viendra-t-il faire un tour à Montréal cet été pour visiter l’exposition ? « On espère ! » nous répond-on.

Les artéfacts

Contrairement à Indiana Jones et l’aventure archéologique, qui exhibait de véritables artéfacts prêtés par divers musées, Star Wars Identités exposera uniquement des accessoires provenant des archives de Lucasfilm. Ainsi, une vaste collection de 200 objets sera mise à la disposition du public. Parmi ceux-ci, on trouvera des accessoires, des croquis et des costumes. Certains d’entre eux ont d’ailleurs eu besoin d’être restaurés avant d’être transportés à Montréal.

Les fans seront surpris

Parmi les items qui devraient retenir l’attention des amateurs, signalons le prototype grandeur nature d’Anakin Skywalker. Darth Vador, R2-D2, Chewbacca et Yoda.

Des capsules vidéo – combinant extraits de films et animation – joncheront aussi le parcours de l’exposition. « On veut attirer des gens qui – traditionnellement – ne mettraient jamais les pieds dans un musée », révèle Geneviève Angio-Morneau.

À l’instar d’Indiana Jones et l’aventure archéologique, l’exposition Star Wars Identités sera présentée un peu partout dans le monde après son séjour au Centre des sciences de Montréal, cet été. Cet automne, elle s’arrêtera au Telus World of Science d’Edmonton. Elle s’envolera ensuite pour l’Europe et l’Asie.

 

• Star Wars Identités, au Centre des sciences de Montréal, du 19 avril au 16 septembre.

Commentaires
Loading