/opinion
Navigation

Regénération

Coup d'oeil sur cet article

Chers boomers,

Ce n’est pas parce que vous n’avez pas réussi à changer le monde que vous devez empêcher les jeunes de réussir à leur tour.

Ce qui se passe au Québec ces jours-ci est beaucoup plus important que vous ne le pensez. La grève étudiante, le mouvement des indignés et le printemps arabe sont autant d’expressions du ras-le-bol de la jeunesse dans un monde où ils ne reconnaissent plus. La nouvelle génération s’exprime, s’indigne et manifeste son mépris de la société actuelle.

Cette jeunesse se réveille pour la première fois depuis 40 ans et conteste cette société sclérosée qui se regarde la bedaine, mais qui ne se rebelle plus.

« Dans mon temps »

Je vous entends dire que « dans mon temps, ça ne se passait pas de même ». Je vous entends depuis des années décrier les jeunes les accusant d’être paresseux, égocentriques et indifférents.

Mentalité de perdant

Votre génération a perdu son identité lors du rapatriement de la constitution de 1982. Elle a perdu son élan politique au référendum de 1995. Elle a perdu ses repères culturels et sociaux dans le multiculturalisme. Votre génération a perdu son argent dans la dernière crise économique. Le Québec est une société écrasée qui a perdu toutes ses batailles.

Pour la première fois depuis 40 ans, une nouvelle génération se lève et bouscule l’ordre établi. Pour la première fois, 200 000 jeunes déambulent dans les rues pacifiquement pour dire aux vieux que c’est injuste de faire payer aux jeunes les folies de votre génération. Les jeunes vous disent de faire le ménage dans vos affaires avant d’exiger plus d’eux.

La nouvelle génération

Ils sont beaux à voir nos leaders étudiants qui s’expriment dans un français impeccable, qui conversent de façon intelligente et qui manifestent pacifiquement. C’est vrai qu’ils sont un peu trop à gauche, mais il faut que jeunesse se passe. Si tu n’es pas à gauche à 20 ans, c’est que tu n’as pas de cœur, mais si tu es encore à gauche à 40 ans, c’est que tu n’as pas de tête.

Confort et indifférence

Et vous que souhaitez-vous ? Retournez à vos vieilles habitudes dans le confort et l’indifférence. Vous trouvez cette grève très sympathique pourvu que votre quiétude dodo-métro-boulot ne soit pas bouleversée. Et vous voulez les écraser pour que tout revienne comme avant.

Et bien cher boomers, vous n’avez rien compris de ce mouvement. Les jeunes ne veulent pas porter le fardeau de vos erreurs. Ils ne veulent pas payer pour vos dépenses somptuaires, vos régimes de pension exagérés, votre mentalité défaitiste et vos indécisions chroniques.

Pour une fois que les jeunes se lèvent, il faut les écouter, il faut les comprendre et il faut les encourager. On crée des enragés et on les empêche de mordre. Ne les brisez pas et donnez-leur une chance de réussir là où vous avez échoué.

Car ce sont ces jeunes qui seront vos médecins, vos entrepreneurs, vos politiciens et vos leaders de demain qui paieront la dette que vous leur aurez léguée.

Chers boomers, vous devenez vieux à partir du moment où vous ne comprenez plus les jeunes.

 

Commentaires
Loading