/news/currentevents
Navigation
Sondage | Corruption

Désabusement collectif

Les Québécois croient que la corruption est partout chez les politiciens et dans la construction

Désabusement collectif
photo d'archives Le Parti libéral de Jean Charest est davantage associé à la corruption que le Parti québécois de Pauline Marois.

Coup d'oeil sur cet article

Les Québécois sont désabusés. Ils ont perdu confiance envers l’ensemble de la classe politique et de l’industrie de la construction, qu’ils estiment rongé par la corruption, révèle un sondage Le Journal de Montréal/Léger Marketing.

C’est un véritable ras-le-bol collectif qui se dégage des résultats de la consultation menée au cours des derniers jours.

Pas moins de 85 % des Québécois croient que la corruption entre les élus et des entrepreneurs privés est un problème répandu, qui n’est pas limité à seulement quelques personnes.

Chez les francophones, ce sont presque 9 personnes sur 10 qui y voient un fléau généralisé.

« Les gens veulent du ménage, et du ménage rapidement », estime Jean-Marc Léger, président de la firme Léger Marketing.

« Les citoyens ont atteint la limite de leur tolérance. Il y a tellement eu d’impunité au cours des années », remarque l’expert en sondages.

« Une gangrène »

Dans l’opinion publique, personne n’est épargné. Entreprises de construction, firmes de génie-conseil, maires, élus du Parti libéral du Québec et du Parti québécois ; tous sont associés à la corruption.

« C’est comme une gangrène qui est dans l’ensemble de la classe politique. Même la Coalition Avenir Québec (le parti de François Legault), qui n’a jamais été au pouvoir, est éclaboussée », observe Jean-Marc Léger.

Bombardés de rumeurs et d’allégations, les Québécois finissent par croire que le problème est plus grave qu’il ne l’est en réalité, estime le sondeur.

Mais selon lui, alors que des élections provinciales auront lieu dans la prochaine année, il ne sera pas facile pour le premier ministre Jean Charest de changer cette perception.

« Il y a eu des accusations, mais tant qu’il n’y aura pas de coupables, les gens penseront que tout le système est corrompu », dit-il.

Plus sévère ?

Pour combattre la corruption, les répondants au sondage estiment que le système d’appel d’offres public devrait être revu afin d’être plus transparent. Les peines imposées aux coupables pourraient aussi être plus sévères, croient les Québécois.

L’idée que les maires puissent être élus pour un maximum de deux mandats consécutifs, à l’image des députés provinciaux, récolte aussi une bonne part d’appuis.

« Certains sont là depuis tellement longtemps qu’ils savent comment déjouer le système », rappelle Jean-Marc Léger.

Chose certaine, une possible augmentation des salaires des élus et des fonctionnaires pour contrer la corruption est rejetée catégoriquement par les Québécois.

Commentaires