/news/education
Navigation
Conflit étudiant | 100 jours

Près de 2 000 arrestations

Près de 2 000 arrestations
Photo agence qmi
Il y a eu pas moins de 250 manifestations dans les rues de Montréal depuis le début de la grève, à la Saint-Valentin. Le SPVM a arrêté 1 278 manifestants.
Près de 2 000 arrestations
Photo agence qmi
Il y a eu pas moins de 250 manifestations dans les rues de Montréal depuis le début de la grève, à la Saint-Valentin. Le SPVM a arrêté 1 278 manifestants.

Coup d'oeil sur cet article

Alors que la tension s’accentue depuis le début du conflit étudiant, presque 2000 personnes ont été arrêtées lors des manifestations répétées au Québec.

Les chiffres compilés par le Journal révèlent que depuis le 7 mars dernier, 1983 personnes ont été appréhendées lors d’une manifestation, excluant celle d’hier soir.

Une forte augmentation de 782 arrestations depuis la dernière recension du Journal, le 27 avril.

« À presque 2000 arrestations, on ne peut plus parler d’actes isolés, critique Gabriel Nadeau-Dubois », porte-parole de la CLASSE.

Selon lui, ces chiffres prouvent que « ni la répression ni la loi 78 vont faire taire la contestation. » Depuis l’annonce d’un projet de loi spéciale, les policiers ont procédé à plus de 500 arrestations en raison des nombreux débordements.

Pour Léo Bureau-Blouin, de la Fédération étudiante collégiale (FECQ), il est clair que les policiers sont de moins en moins tolérants.

« La plupart des arrestations sont de masse. Il y a quelque chose qui ne fonctionne pas dans la façon d’agir des policiers », expose-t-il.

Même son de cloche pour Martine Desjardins, de la Fédération étudiante universitaire (FEUQ). Elle déplore le manque d’encadrement des forces policières lors des manifestations.

Les nombreuses arrestations ont été faites en marge des manifestations organisées notamment à Québec, Sherbrooke, Gatineau et Victoriaville depuis le mois de mars dernier.

Plus à Montréal

Ce sont les policiers de Montréal qui ont été les plus actifs en appréhendant 1278 manifestants.

Cela représente 65 % des arrestations depuis le début du conflit. Un chiffre qui n’a rien d’étonnant, croit Ian Lafrenière, porte-parole au Service de police de Montréal (SPVM).

« On est rendu à notre 100e journée de grève, avec plus de 250 manifestations », lance-t-il, ajoutant qu’un noyau dur de manifestants se trouve du côté de Montréal.

Parmi les gens arrêtés, certains étaient de simples marcheurs, se trouvant au mauvais endroit, au mauvais moment.

« On ne peut pas demander aux policiers de faire la distinction entre la personne qui lance une roche ou un cocktail Molotov, comme on a vu ce week-end, et la personne qui se dit pacifique », justifie Ian Lafrenière.

Malgré l’obligation de fournir l’itinéraire de la manifestation, cette règle n’a pas encore été respectée, ajoute-t-il.

« Mais on fait preuve de patience, on les tolère et on les laisse marcher même si la manifestation est déclarée illégale », dit-il.

Aucune des arrestations de manifestants n’est liée à la loi spéciale jusqu’à présent.

En réaction à de nombreuses vidéos montrant des actions policières critiquées sur Internet, Ian Lafrenière a tenu à préciser que tous ceux qui se croient victimes d’abus policier peuvent porter plainte.

Il fait notamment référence à une vidéo tournée dimanche soir et qui a fait le tour des réseaux sociaux.

On y voit une auto-patrouille du SPVM qui avance alors qu’un manifestant se tient devant. Il se fait bousculer, avant que le policier ne quitte les lieux.

Ian Lafrenière répond qu’il n’est clairement pas « recommandé » de se mettre devant l’auto de police.

Il ajoute que le patrouilleur se trouvait « au milieu d’une foule hostile », et qu’il a simplement « fui pour sa vie ».

Depuis les dernières manifestations, Ian Lafrenière remarque qu’il y a « beaucoup d’agressivité dans l’air ».

Il rappelle que si aucun acte criminel n’est posé, il n’y aura pas d’arrestation, « comme lors de la manifestation du 22 mars ».

7 000 marcheurs

Une centaine de manifestants ont obligé la Sûreté du Québec à bloquer la circulation sur le pont Jacques-Cartier pendant une dizaine de minutes, hier soir, lors de la 28e marche nocturne contre la hausse des droits de scolarité, qui a réuni une foule de près de 7 000 personnes.

La manifestation a été déclarée illégale vers 21 h 30. Aucune arrestation n’avait été effectuée au moment de mettre sous presse.

De façon générale, la marche a été pacifique. Elle a tout de même été ponctuée par le lancement de quelques pièces pyrotechniques.

À Sherbrooke pendant ce temps, une manifestation pacifique d’environ 150 personnes a dégénéré après une première arrestation. Une vingtaine d’autres manifestants ont été écroués après un avis de dispersion.

– Avec la collaboration de Francis A.-Trudel et de l’Agence QMI

Quelques
arrestations
de masse
20 mars 2012
80 arrestations
Blocus à l’entrée du Pont Champlain
27 mars 2012
60 arrestations
Entrave à la circulation matinale à Sherbrooke
19 avril 2012
151 arrestations
Manifestation à l'Université du Québec en Outaouais (UQO)
21 avril 2012
90 arrestations
Manifestation au Palais des congrès de Montréal, où se déroulait le Salon Plan Nord
27 avril 2012
81 arrestations
Marche féministe organisée par la CLASSE interrompue par les policiers.
4 mai 2012
106 arrestations
Émeute à Victoriaville lors du Conseil général du Parti libéral du Québec
16 mai 2012
122 arrestations
Manifestation en réaction à la loi spéciale sur le conflit étudiant annoncée par le gouvernement
20 mai 2012
308 arrestations
27e manifestation nocturne au centre-ville de Montréal

Commentaires
Loading