/news/education
Navigation
Gabriel Nadeau-Dubois

Condamné à rembourser

La Régie du logement le somme de payer 1 900 $ à son proprio

Gabriel Nadeau-Dubois, président de la CLASSE
Agence QMI, Jocelyn Malette
Gabriel Nadeau-Dubois, président de la CLASSE
Agence QMI, Jocelyn Malette

Coup d'oeil sur cet article

Devant un logement impayé pendant au moins deux mois, la Régie du logement a ordonné l'expulsion de Gabriel Nadeau-Dubois et condamné celui-ci à payer 1900$ à son propriétaire.

Dans sa décision rendue ces derniers jours, le juge administratif Robin-Martial Guay jette aussi tout un doute sur la crédibilité du porte-parole de la CLASSE et de son colocataire, questionnant la véracité et la vraisemblance de leurs propos devant le tribunal.

Dans les faits toutefois, les colocataires pourront demeurer dans leur logement: la dette a été réglée avant que le jugement ne soit rendu, a confirmé en soirée mardi Marie-Hélaine Tremblay, la copropriétaire de l’immeuble.

Le juge a rendu ce jugement après que les colocs n’eurent vraisemblablement pas payé les loyers de mars et avril 2012 de leur logement de Montréal.

Traîné devant la Régie par son propriétaire, Gabriel Nadeau-Dubois affirmait pourtant au tribunal avoir bel et bien payé ces deux mois de loyer, en argent comptant, dans une enveloppe, dans la boîte aux lettres de son propriétaire, Davide Francisco, sans obtenir de reçu.

Une version qui ne tient pas la route aux yeux des propriétaires.

« Laisseriez-vous une enveloppe contenant 1000 $ dans une boite aux lettres à l’extérieur comme ça vous? », a questionné la femme dans la trentaine, mère de deux enfants.

Devant la Régie du logement, le fardeau de preuve était sur les épaules des locataires, qui devaient prouver avoir payé leur dû.

Relevés bancaires

Nadeau-Dubois a présenté en preuve deux relevés bancaires faisant état de deux retraits totalisant 1 000 $ le 12 mars dernier, ainsi que de deux autres retraits, deux semaines plus tard, pour le paiement du mois d'avril.

Tout au plus, ces relevés prouvaient les retraits, mais non les paiements.

Le juge Guay met d’ailleurs nettement en doute cette version, se disant « aussi songeur que perplexe », trouvant « étonnant » que deux personnes «instruites» n’aient pas pris de plus grandes précautions.

Précisant que la boîte aux lettres dans laquelle les enveloppes d’argent auraient été laissées n’est pas munie d’un verrou et est située en plein centre-ville, le propriétaire a dit n’avoir jamais autorisé un de ses 61 locataires à procéder ainsi.

Crédibilité questionnée

« Le tribunal n'a pas jugé crédible les locataires», a écrit le juge.

Outre ces mésententes, Mme Tremblay affirme avoir eu très peu de contacts avec M. Nadeau-Dubois.

« Jusqu'à présent nous avions des relations normales avec lui, on ne le voyait pas vraiment et il payait comme tous les autres », souligne Mme Tremblay.

«C'est une question personnelle et nous ne ferons pas de commentaires là-dessus. Ça date du 27 avril et ça s'est réglé à l'amiable», a simplement dit le porte-parole de la CLASSE Renaud St-Pierre.

 

Avec la collaboration de Francis A.-Trudel

Commentaires
Loading