/news/politics
Navigation
Fonds pour le développement du sport

Courchesne dans l’eau chaude

Michelle Courchesne
Photo Jean-François Desgagnes / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Pendant qu’elle négociait avec les étudiants, Michelle Courchesne a été la cible du tir nourri des partis d’opposition, qui dénonce sa gestion arbitraire du Fonds pour le développement du sport.

Gonflés à bloc par les révélations du Vérificateur général, tant le Parti québécois que la Coalition avenir Québec ont accusé Michelle Courchesne d’avoir fait preuve de favoritisme dans l’octroi de subventions pour des infrastructures sportives, entre 2007 et 2010.

«Après le fling-flang quand elle octroie des places en garderie, c’est maintenant le fling-flang des équipements sportifs», a tonné le député péquiste Bertrand Saint-Arnaud, rappelant que Mme Courchesne est la cible d’un rapport du VG pour la deuxième fois en six mois.

Mercredi, le vérificateur par intérim, Michel Samson, a révélé que le cabinet de la ministre de l’Éducation a écarté 418 projets avant même qu’ils soient analysés par les fonctionnaires.

«Dans le cas des garderies, le post-it arrivait après l’avis des fonctionnaires, alors que pour les équipements sportifs, le post-it arrivait avant», a dénoncé M. Saint-Arnaud, selon qui dans les deux cas, la ministre a distribué des centaines de millions «d’une manière totalement arbitraire».

En l’absence de Mme Courchesne, toujours au cœur des négociations avec les associations étudiantes, le ministre Raymond Bachand a écarté les allégations de favoritisme, soutenant que 48 pour cent des projets ont été octroyés dans les comtés de l’opposition.

«Ça été partout au Québec», a-t-il affirmé, en précisant que c’est en raison du nombre élevé de demandes que le gouvernement n’a pas fait analyser tous les projets.

«Par exemple à Montréal, on nous disait voici l’ensemble des projets, on le sait qu’il y en a trop, faites un tri dans ces projets-là», a illustré le ministre responsable de la métropole.

Le leader péquiste, Stéphane Bédard, a demandé que soit déposée à l’Assemblée la liste des projets retenus et écartés, sans succès.

Boulodrome dans Lafontaine

Le député de la CAQ, Éric Caire, a toutefois cité un projet de rénovation de terrain de pétanque dans la circonscription de l’ex-député libéral Tony Tomassi, qui a reçu une subvention de 100 000 $.

«Quand le centre Léonardo-Da-Vinci reçoit l’argent pour la rénovation de son boulodrome, est-ce que c’est le maire de Montréal qui a recommandé ça, ou les administrateurs du centre, dont Giuseppe Borsellino, qui ont donné 33 120 $ au PLQ dans les dernières années?», a-t-il questionné.

«Le terrain de pétanque, il doit être beau en simonak à 100 000 $, parce qu’il y en a dans mon comté, et essentiellement, ce sont des carrés de gravel», a-t-il précisé au Journal.

 

Commentaires