/entertainment/tv
Navigation
Tous les écrans

Des réseaux qui sont asociaux !

Coup d'oeil sur cet article

C’est ironique qu’on parle de Facebook, de Twitter ou d’autres moyens de communication du même genre, nés de l’Internet, comme de « réseaux sociaux », alors qu’ils sont carrément asociaux, étant inadaptés aux normes sociales actuelles. Pour l’instant –et je ne vois pas encore poindre le jour où ils le seront-, ces réseaux ne répondent à aucune règle et aucune éthique.

C’est ainsi que peut exister impunément un site comme BestGore.com, qui a permis à Luka Magnotta de mettre en ligne le meurtre sinistre d’un compagnon d’origine asiatique. Par Twitter et par Facebook, ces images macabres ont rejoint des centaines d’internautes qui ont passé des heures à s’interroger sur leur authenticité. Avait-on affaire à un meurtre réel ou à des images que des effets spéciaux avaient permis de trafiquer ?

Les horribles images ont disparu du site lorsqu’on a appris qu’elles étaient tragiquement réelles, mais elles continuent d’exister dans tous les ordinateurs qui les ont enregistrées. Comble d’ironie, c’est l’étalage de sa vie sur les réseaux sociaux qui a trahi Magnotta et sa curiosité pour ce qu’ils rapportaient sur lui qui a facilité son arrestation.

À compter de décembre 2010, les dictateurs de Tunisie, de Libye et d’Égypte ont mal évalué l’effet des réseaux sociaux qui multipliaient de façon exponentielle et comme par magie le nombre des manifestants et des insurgés. Là-bas, les leaders de l’insurrection disaient, comme ici les leaders étudiants : « Nous, on n’y est pour rien dans l’organisation des manifs, elles s’organisent d’elles-mêmes ! » Au Bahreïn et en Syrie, les gouvernements continuent de résister, mais c’est au prix d’une sanglante répression, même si le mouvement insurrectionnel s’essouffle.

Sans vouloir faire de comparaisons, notre régime étant démocratique et la révolte étudiante n’étant pas du tout de la même importance, le gouvernement de Québec a aussi très mal évalué l’effet multiplicateur des réseaux sociaux. Quant aux associations étudiantes, elles ont sous-estimé les conséquences des déclarations intempestives de leurs leaders, répandues instantanément aux quatre vents par les réseaux.

Ces réseaux mériteront leur adjectif de « sociaux » lorsqu’ils auront réussi à se baliser et que notre société aura compris que les normes sociales actuelles doivent être rajustées. Entretemps, les réseaux d’information en continu doivent faire un examen de conscience et instituer leur propre éthique, car ils sont de plus en plus dépendants des réseaux sociaux.

Du pain sur la planche, mesdames et messieurs de RDI et de LCN !

ÉCRIRE POUR NE PAS MOURIR !

Ray Bradbury (Fahrenheit 451, Chroniques martiennes, etc.) est mort à Los Angeles, hier matin, à l’âge de 91 ans. Il y a longtemps que j’ai fait mienne la phrase inoubliable de Bradbury : « Afin de ne pas mourir, j’écris, j’écris, aussi bien à midi qu’à 3h du matin. Tout ça pour ne pas mourir ! » Ce beau témoignage de vie n’a pas empêché le célèbre auteur de science-fiction de passer l’arme à gauche.

TÉLÉPENSÉE DU JOUR

« Moi, je serais en faveur de 365 jours sans maquillage ! » - Le propriétaire d’un réseau de télévision.

 

Commentaires
Loading