/news/currentevents
Navigation
Trafic de drogue

Le fils d’un Hells recherché

Michel Émond serait à la tête d’un réseau de trafiquants de pilules démantelé

Le fils d’un Hells recherché
Photo courtoisie, sûreté du québec
Les forces de l’ordre ont démantelé avec minutie des laboratoires de fabrication de comprimés perquisitionnés à Maple Grove, Shefford, Hemmingford et Sainte-Thérèse.
Le fils d’un Hells recherché
Photo courtoisie, sûreté du québec
Les forces de l’ordre ont démantelé avec minutie des laboratoires de fabrication de comprimés perquisitionnés à Maple Grove, Shefford, Hemmingford et Sainte-Thérèse.

Coup d'oeil sur cet article

Capable de fabriquer des millions de pilules et appuyé par une organisation qui faisait tout - de la production de méthamphétamine à la distribution - Michel Émond, le fils du défunt Hells Richard « Crow », en aurait visiblement plus pour son argent comme trafiquant indépendant que comme motard criminel.

Michel Émond
Recherché
Steven Lamer
Présumé no 2

À la Sûreté du Québec (SQ), jamais on a vu un réseau de trafiquants de pilules aussi bien structuré que celui démantelé, la semaine dernière, dans le cadre de l’opération Grimper.

L’organisation présumément dirigée par Michel Émond comptait quatre laboratoires de fabrication de méthamphétamine, deux entrepôts où les comprimés étaient fabriqués et au moins deux caches de drogue et d’argent.

« C’est la première fois que l’on voit une organisation qui était impliquée dans tous les cycles, de la production à la distribution. Elle avait la capacité de produire plusieurs millions de comprimés », dit le sergent Benoit Richard de la SQ.

Les comprimés, qui étaient écoulés dans tout le Québec, arboraient notamment les logos du Canadien, des Nordiques, le lapin Energizer, les véhicules Volkswagen ou une bombe avec mèche.

« La méthamphétamine est maintenant la drogue de prédilection. Pour les jeunes, avaler une pilule, c’est plus banal que de sniffer une ligne de coke ou se piquer », affirme un enquêteur de la Division du crime organisé, section Ouest.

Historique familial

Le 29 mai, les policiers ont arrêté 14 des 19 présumés membres du réseau. Quatre leur ont cependant filé entre les pattes, dont le chef présumé Michel Émond.

L’homme de 34 ans du Saguenay est le fils de Richard « Crow » Émond, ancien chef du chapitre des Hells Angels de Trois-Rivières. Richard Émond, qui était membre du club très sélect des Filthy Fews qui auraient déjà tué pour le compte de l’organisation, était très respecté parmi les Hells Angels du monde entier.

Il a été assassiné, en septembre 1995, à Montréal durant la guerre des motards.

Argent et influence

Michel n’a pas pris la relève de son père au sein des Hells Angels. En revanche, il serait devenu un important trafiquant de drogue indépendant qui a « de l’argent et de l’inluence, qui en mène large partout au Québec et qui est en contact avec des gens du crime organisé » selon la SQ.

À la tête du réseau, il aurait été secondé par Steven Lamer, 32 ans, une relation des Hells Angels de Sherbrooke.

La police affirme également que rarement elle a vu des trafiquants aussi méfiants et vigilants « en étant très attentifs à leur environnement et effectuant plusieurs manœuvres de contre filature ».

Lors d’une perquisition dans un local de la Place Garand à Montréal, il a fallu que les policiers du Groupe tactique d’intervention du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) donnent quatre coups de bélier pour défoncer l’épaisse porte.

Les suspects en ont profité pour lancer un téléphone cellulaire dans une piscine, sept étages plus bas, que les policiers ont dû faire vider pour récupérer l’appareil.

 

Commentaires
Loading