/news/currentevents
Navigation
Exclusif | Vieux-Port

Rien de trop beau pour la présidente

Des dépenses somptueuses pour la patronne de la Société du Vieux-Port

rien de trop beau pour la présidente
Photo d’archives Un voyage entre Ottawa et Montréal aurait coûté 600$ en frais de limousine.

Coup d'oeil sur cet article

Lorsqu’elle voyage ou qu’elle sort avec ses collègues au restaurant, la présidente de la Société du Vieux-Port de Montréal n’épargne pas le portefeuille des contribuables, montre une nouvelle enquête de l’Agence QMI sur les dépenses de Claude Benoit.

Lors d’un voyage à Victoria pour une conférence, Mme Benoit a ainsi logé à l’hôtel The Fairmont Empress, où sa chambre était embellie par une orchidée en pot qu’elle a facturée 50$ aux contribuables.

Mme Benoit a aussi dépensé 660$ pour un aller-retour en limousine à Ottawa pour y rencontrer sa nouvelle ministre en 2011. Pourtant, elle empoche 1000 $ par mois du fédéral pour une allocation de voiture.

Claude Benoit a également choisi l’hôtel le plus dispendieux parmi ceux proposés sur le formulaire d’inscription pour une conférence en Argentine.

La présidente de la Société du Vieux-Port s’est aussi inscrite pendant deux ans au programme de médecine préventive « Leader Plus » d’une clinique de santé privée de Montréal.

Elle a donc facturé 2250 $ aux contribuables pour ce programme, qui lui a donné un accès prioritaire aux services de la clinique et de laboratoire.

Plus de 20 000$ en repas

Toutes ces dépenses font partie des 79 600 $ que Mme Benoit a réclamés depuis fin 2007 à mars 2012, y compris 40 000 $ en voyages et 20 600 $ en repas dans certains des restaurants les plus chers et les plus chics du Vieux-Montréal.

Mme Benoit ne s’est pas seulement gâtée au cours des dernières années lors de ses nombreux voyages, elle a aussi comblé ses collègues du Vieux-Port et les membres du conseil d’administration qui défendent aujourd’hui ses dépenses somptueuses.

Elle leur a offert des chèques-cadeaux pour des séances de magasinage, des soupers croisière sur le Saint-Laurent et des dizaines de coûteux repas au restaurant, indiquent les documents obtenus par l’Agence QMI en vertu de la Loi d’accès à l’information.

Par ici les cadeaux

Parmi ces 734 pages de relevés de dépenses de Claude Benoit, on remarque notamment des frais de :

• 1700 $ en chèques-cadeaux (20) afin que les membres du conseil d’administration et leurs conjoints profitent d’un souper cinq services sur le bateau mouche.

• 660 $ pour un voyage en limousine à Ottawa avec le président du conseil d’administration, Gerry Weiner, un ancien ministre conservateur, pour participer à une réunion avec la ministre des Travaux publics, Rona Ambrose. La porte-parole de la ministre, Michelle Bakos, a déclaré : « Je peux vous dire avec assurance que la ministre n’a pas demandé à Mme Benoit de prendre une limousine pour se rendre à Ottawa ».

• 1192 $ pour souligner le départ du vice-président Denis Gouge. Le chèque-cadeau dans un centre commercial remis à M. Gouge a coûté aux contribuables 500 $; le repas pour 10 cadres - comprenant les bouteilles de vin, du filet mignon et des escargots - a coûté un autre 692 $.

• 1100 $ pour une chambre à l’Hôtel Château Laurier à Ottawa et pour servir le vin et des apéritifs lors d’une réception pour les sénateurs du Québec. Elle a retenu les services de techniciens audiovisuels pour présenter une vidéo montrant sa vision de l’avenir pour le Vieux-Port. Les salles de réunion du Sénat sont disponibles, gratuitement.

• 690 $ pour un cocktail d’adieu pour l’employée Marie Tellier du Vieux-Port, qui a quitté en 2010 pour aboutir chez Parcs Canada. La facture pour les 26 invités était en fait de 972 $, mais Mme Benoit a payé 289 $ pour le vin et la bière, dont 7 pintes de bière artisanale et six bouteilles de vin.

Plus cher que prévu

Par ailleurs, en 2009, Claude Benoit a voyagé en Chine après avoir accepté « une invitation» pour parler à une conférence. Elle a obtenu une autorisation peu enthousiaste de la part de son président du conseil de l’époque, Bernard Roy, qui a approuvé son voyage « avec réserves ».

Mme Benoit avait dit que le coût ne dépasserait pas 5000 $, le vol coûtant au plus 3656 $. Mme Benoit n’a acheté son billet qu’un mois plus tard, le vol s’élevant alors à 7091$, sans compter les autres dépenses.


• La plupart des sociétés d’État sont tenues pas la loi d’afficher sur leur site web des résumés des dépenses de leurs principaux dirigeants. La Société du Vieux-Port n’est pas sur la liste qui exige cette divulgation automatique. On ignore pourquoi.

• Le salaire de la présidente du Vieux-Port de Montréal, Claude Benoit, n’est pas public. Elle a d’ailleurs refusé de le dévoiler devant le Comité d’éthique des Communes, en mai dernier.


Écrivez à Andrew McIntosh, chef des enquêtes journalistiques de l’Agence QMI, à andrew.mcintosh@agenceqmi.ca ou appelez-le au 514-290-0922


 

 

 

Sur le même sujet
Commentaires