/news/education
Navigation
Universités | Dépenses

Une Lexus aux frais de l’Université

Une Lexus aux frais de l’Université
Photo le Journal de Montréal, chantal poirier
Bram Freedman, vice-recteur aux Relations institutionnelles et secrétaire général, a jeté son dévolu sur une Lexus RX 350, une voiture de luxe dont le prix de vente s’élève à plus de 45 000 $, sans les options.
Une Lexus aux frais de l’Université
Photo le Journal de Montréal, chantal poirier
Bram Freedman, vice-recteur aux Relations institutionnelles et secrétaire général, a jeté son dévolu sur une Lexus RX 350, une voiture de luxe dont le prix de vente s’élève à plus de 45 000 $, sans les options.

Coup d'oeil sur cet article

Un vice-recteur de Concordia roulera dans une luxueuse Lexus aux frais de l’Université, gracieuseté d’un généreux programme d’allocations pour les cadres.

Le Journal a eu la confirmation de l’octroi d’un contrat de gré à gré entre l’université et un concessionnaire Lexus de Montréal d’une valeur de 37 155,22 $, pour la location d’une voiture du modèle RX 350.

L’université, qui a fait la manchette à de multiples reprises dans le passé, notamment pour les primes de départ versées à ses cadres, offre un généreux programme d’allocations pour la location de voiture à ses six vice-recteurs. Ces derniers se voient verser 900 $ par mois pour la location et l’entretien d’une voiture de leur choix.

Selon la porte-parole de l’Université, Cléa Desjardins, la plupart des vice-recteurs n’utilisent pas cette somme pour se louer une voiture, mais l’encaissent tout de même chaque mois.

Cet avantage s’ajoute au salaire des vice-recteurs, qui varie entre 150 000 $ et 275 000 $ par année.

Pour sa part, Bram Freedman, vice-recteur aux Relations institutionnelles et secrétaire général, a jeté son dévolu sur une Lexus RX 350, une voiture de luxe dont le prix de vente s’élève à plus de 45 000 $, sans les options.

Les francophones plus modestes

Cette pratique semble peu répandue dans le milieu universitaire. Du côté des universités francophones, seulement l’Université de Montréal offre une allocation de 1 600 $ par année à ses hauts dirigeants pour leur voiture. À l’UQAM, le recteur Claude Corbo a renoncé à cet avantage lorsqu’il est entré en poste.

Seule l’autre grande université anglophone, McGill, a une pratique semblable. Le Journal révélait il y a trois ans que la rectrice Heather Munroe-Blum bénéficie d’une allocation de 16 000 $ par année pour l’utilisation de son véhicule.

Outrée, la Ligue des contribuables du Québec exige que l’Université Concordia publie le plus rapidement possible sur son site Web le montant de tous les avantages dont bénéficient les cadres de l’établissement.

« Dans le contexte actuel, pour les étudiants comme pour les contribuables, c’est un manque flagrant de respect. C’est clairement un moyen détourné de gonfler le salaire des vice-recteurs », croit la porte-parole Claire Joly.

La présidente de la Fédération étudiante universitaire du Québec, Martine Desjardins, affirme de son côté que l’on pourrait investir des millions de dollars supplémentaires dans la recherche et l’enseignement si des dépenses de ce genre étaient abolies dans les universités.

« Ça montre à quel point la gestion des universités est défaillante. Il est inacceptable que l’on dépense notre argent à tous les vents », dit-elle.

Les programmes d’allocations pour les voitures dans les universités
Université McGill
Allocation de 16 000 $ par année à la rectrice Heather Munroe-Blum
Université Concordia
Allocation de 900 $ par mois aux six vice-recteurs
Université de Montréal
Allocation de 1 666 $ par année pour les vice-recteurs et le secrétaire général. Le recteur Guy Breton ne touche pas à cette allocation pour son véhicule.
Université du Québec à Montréal
Le recteur Claude Corbo a renoncé à l’allocation de 600 $ par mois à laquelle il avait droit.
Université Laval
Aucun budget prévu pour la location de voitures.
Université Sherbrooke
Aucun budget prévu pour la location de voitures.
Source: Les universités
Commentaires
Loading