Sports | Hockey

Le nouveau visage du Canadien

« Nous aurons du caractère » – Tomas Kaberle

CA_andre-cyr

André Cyr @

Journal de Montréal, Publié le: | Mise à jour:

Tomas Kaberle

photo Courtoisie

À Kladno, Tomas Kaberle a retrouvé avec joie ses amis et sa famille, dont son père Frantisek et son grand frère Frantisek Jr, qui a aussi déjà évolué dans la Ligue nationale.

Tomas Kaberle passe l’été en République tchèque avec sa femme Julie et leur petit Lucas, mais ça ne l’empêche pas de se tenir au courant de ce qui se passe à Montréal.

Le grand défenseur du Canadien en profite pour passer du bon temps avec ses vieux amis dans la région de Kladno.

Il s’entraîne aussi régulièrement en compagnie de son coéquipier Tomas Plekanec, de Michal Frolik, des Blackhawks, et de Jiri Tlusty, des Hurricanes.

Avec tous les changements que le Canadien a apportés dernièrement, Kaberle ne cache pas qu’il sera un brin dépaysé quand il va se pointer au prochain camp d’entraînement !

« Nous aurons un visage bien différent avec l’arrivée de Marc Bergevin comme directeur général, de Michel Therrien comme entraîneur et de quelques nouveaux joueurs », dit-il.

« De la façon dont je vois les choses, nous aurons quatre lignes d’attaque solides avec une belle combinaison de joueurs talentueux et de joueurs robustes.

« Chose certaine, avec tout ce beau monde, notre équipe aura beaucoup de caractère. »

À la guerre

Kaberle a bien hâte de rencontrer son nouvel entraîneur.

« Je n’ai jamais eu la chance d’évoluer sous les ordres de Michel, dit-il. Par contre, j’ai souvent joué contre ses équipes lors de son premier passage avec le Canadien, puis quand il s’est retrouvé avec les Penguins.

« Laissez-moi vous dire que ce n’était jamais facile. Ses troupiers sont toujours prêts à aller à la guerre pour lui… »

À ce chapitre, on a souvent vu les petits joueurs du Canadien se faire brasser l’an dernier, mais ça risque moins de se reproduire avec le retour d’Alexeï Emelin et de Travis Moen, et l’arrivée de joueurs comme Brandon Prust et Colby Armstrong.

Kaberle s’attend d’ailleurs à ce que les adversaires du Canadien en aient plein les bras.

Il n’a jamais lui-même été reconnu pour sa robustesse malgré un bon gabarit (6 pi 1 po, 215 lb), mais il se dit prêt à faire sa part de ce côté si Therrien le lui demande.

Oublier l’an passé

Kaberle croit que le « nouveau look » du Canadien lui permettra de redevenir une équipe compétitive et d’effacer l’annus horribilis qui l’a vu finir au 15e et dernier rang de l’Association de l’Est.

Il espère lui-même en donner un peu plus au Canadien que l’an dernier.

On se souviendra qu’il n’avait rien cassé après avoir été obtenu des Hurricanes à la mi-saison, et accepté un contrat de trois ans estimé à 12 millions $ (3 buts, 19 passes, différentiel de -6 en 43 matchs).

« La dernière saison n’a pas été facile pour moi », convient Kaberle.

« Après la conquête de la coupe Stanley avec les Bruins, j’ai passé une partie de l’été à célébrer et j’ai du même coup négligé mon entraînement.

« J’ai donc commencé la saison en retard sur les autres joueurs au niveau de la condition physique et je n’ai jamais été capable de les rattraper.

« J’ai appris de cette leçon et c’est pourquoi je m’entraîne régulièrement cet été. J’ai aussi perdu quelques livres. Je serai prêt à aider l’équipe à faire oublier notre dernière saison… »

– Avec la collaboration de Zdenek Matejovsky

 

Vos commentaires

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre netiquette.

Pour signaler un problème avec Disqus ou avec la modération en général, écrivez à moderation@quebecormedia.com.
Les commentaires sont modérés. Vous pouvez également signaler aux modérateurs des commentaires que vous jugez inappropriés en utilisant l'icône.

Commentaires propulsés par Disqus