/misc
Navigation

La «BELL» crosseuse

Coup d'oeil sur cet article

Déréglementation et hausse des prix

Eh ben, un article du Journal de Montréal du 22 août 2008 mentionnait que les conservateurs de Stephen Harper avaient dérèglementé les tarifs du téléphone résidentiel dans les zones rurales et éloignées où Bell détenait et détient encore le monopole. Aux dires du sublime Maxime Bernier, ex-conseiller économique de Bernard Landy, cela aviverait sans bon sens la concurrence et ferait drastiquement baisser les tarifs au profit du consommateur enchanté. Toujours les mêmes niaiseries servies par ces politiciens insignifiants afin d’enjoliver les mesures qu’ils s’apprêtent à promulguer sous l’impulsion du patronat. Comme les prétendus bienfaits supposément créateurs d’emplois et de richesse des grosses baisses d’impôts consenties aux nantis et aux compagnies ainsi que la signature de traités de libre-échange, concoctés dans le plus grand secret et à l’encontre de la volonté de la population. Libre-échange : on vous informera après que les ententes auront été signées et coulées dans le béton, que vous soyez d’accord ou non.

 

Venons-en à Bell qui, à titre de crossantin, est difficile à battre. Baisse de tarifs du téléphone résidentiel en régions éloignées et rurales mon œil ! En plus des autres hausses régulières imposées par Bell depuis 2008, on vient d’apprendre que Bell la «filouteuse» a augmenté ses prix de 29% au cours des dix derniers mois et elle annonce, sans aucune gêne, à ses clients captifs qu’ils devront s’attendre à d’autres augmentations salées dans un avenir rapproché. Des tarifs en région d’environ 30$ par mois pour un téléphone résidentiel ça s’apparente à du vol légalisé compte tenu qu’il n’y a pas de risque, pas de compétition et des frais d’exploitation infiniment bas. Naturellement, Harper et Charest n’interviennent pas afin de ne pas embrouiller les «lois naturelles du marché», qui sont, dans les faits, les «lois imposées par le monopole Bell». Les consommateurs prisonniers de Bell n’ont droit à aucun recours et ne peuvent absolument rien faire face à cette arnaque. Ils doivent se soumettre. Où sont donc les ardents défenseurs de la liberté individuelle ?

 

Quelques recours collectifs contre Bell

Oh, oh, le Journal nous apprenait récemment que la Cour d’appel du Québec autorisait un nouveau recours collectif contre Bell Canada, intenté par l’Union des consommateurs, pour une affaire de ralentissement de service internet, alors que Bell Canada et Bell Mobilité font actuellement l’objet d’un autre recours collectif concernant les taux d’intérêts annuels de 43% qu’ils chargent sur les comptes en retard. Même les shylocks sont moins voleurs que Bell, que certains journalistes frivoles intellectuellement qualifient d’entreprise québécoise alors que son véritable siège social est à Toronto (Montréal n’est qu’une coquille vide) et que la vaste majorité des actionnaires ne sont pas de la belle province.

 

Bell sous-traitant de l’État

Comme la vie est quelques fois plate à mourir, ça vous dirait pas de rire un peu ? Il n’y a que les conservateurs et les libéraux de Charest pour rire autant du monde sur une base continue et en tirer une infinie satisfaction. Prenons cet exemple rigolo : le 8 janvier 2008, Le Devoir titrait : «Le CRTC confie à Bell Canada la gestion de la liste «n’appelez pas». Le loup dans le poulailler s’est fait prendre avec un BBQ dans la bouche, comme l’indique le titre de cet article du Devoir du 5 février 2009 : «Bell Canada condamnée pour harcèlement téléphonique». C’est pas que comique, c’est aussi cynique !

 

Bureau des plaintes autoréglementé

En 2007, les entreprises de téléphone se sont dotées d’un bureau des plaintes autogéré avec rigueur et éthique, au grand plaisir d’Harper et de Charest. Et puis, Le Devoir du 6 septembre 2010 titre : «Bell facture certains appels outre-mer sans réponse». Vous aurez beau porter plainte, votre appel restera «sans réponse». Et ne faites surtout pas un interurbain pour loger votre plainte, ça pourrait vous coûter cher même si vous n’avez pas parlé à personne...

 

Délocalisation et fermeture d’usines

Et il y a encore et toujours ces universitaires qui sont payés par le patronat pour travailler sur la responsabilité sociale des entreprises. Bell a sa propre conception de son rôle social. En 2010, elle a délocalisé des postes de techniciens en Tunisie et en 2011, 1200 téléphonistes ont perdu leur emploi sans toucher leurs dernières semaines de salaires lors de la fermeture sauvage des trois centres d’appels canadiens de la compagnie IQT, le sous-traitant de Bell spécialisé dans le «cheap labor».

 

IQT a trouvé de plus bas salaires en Amérique latine, au sein de pays qui ont récemment signé des traités de libre-échange avec le Canada comme le Salvador, le Honduras et la Colombie. Des pays qui ne sont pas très portés sur le respect des droits de la femme et de l’homme. Le patronat aime ça.

 

Bonification du salaire des boss et du dividende versé aux actionnaires

Hausse musclée des tarifs et «déménagement» et «flushage» d’employés afin d’économiser riment avec ces merveilleuses nouvelles qui ont fait dernièrement le gros titre de certains journaux : «La rémunération des patrons de Bell bondit». Puis : «Bell récompense ses actionnaires» et aussi : «La rémunération de George Cope, président de Bell Canada, est passé de 4,2 à 9,6 millions$ en un an (2010-2011). Enfin : «BCE a versé 21 millions$ à Michel Sabia (l’actuel président de la Caisse de dépôt) en 2008».

 

On comprend maintenant pourquoi certains opportunistes continuent à clamer haut et fort les vertus du néolibéralisme. Que les autres (le peuple ET la CLASSE ?) sèchent.

37 commentaire(s)

l gagne dit :
19 juillet 2012 à 8 h 10 min

Etes-vous en train de faire le ménage dans vos vieux journaux? En passant ca prend un opportuniste pour en reconnaitre un autre. La seule différence c'est que vous etes une éternelle 'victime' et eux ils accomplissent des choses. En passant, je suis contente de vous voir séparer LA CLASSE du peuple. Pour une rare fois, vous avez raison.

Yves Germain dit :
19 juillet 2012 à 10 h 22 min

M. Lauzon je suis un ancien de IQT et IQT a fermé ses portes et foutu le camps avec l'argent et non relocaliser (Ils ont meme perdu un contrat à Nashville USA) RIGEUR m. lAUZON

Maryse dit :
19 juillet 2012 à 10 h 51 min

Délocalisés et non relocalisés. Parlant de rigueur...

Lewis Walker dit :
19 juillet 2012 à 11 h 07 min

message a Yves Germain

je reprend les lignes de Léo-Paul: En 2010, elle a délocalisé des postes de techniciens en Tunisie et en 2011, 1200 téléphonistes ont perdu leur emploi sans toucher leurs dernières semaines de salaires lors de la fermeture sauvage des trois centres d’appels canadiens de la compagnie IQT

le texte est pourtant clair ... en 2010 elle a délocalisé des postes de techniciens en Tunisie ET en 2011, 1200 téléphonistes ont perdu leur emploi sans toucher leurs dernières semaines de salaires .

C'est pourtant clair ...

Marc Saindon dit :
19 juillet 2012 à 12 h 37 min

Pas surprenant.

Dans un marché parfaitement concurrentiel, il y a un très grand nombre de vendeurs et d'acheteurs, ce qui empêche à un groupe ou l'autre d'avoir une trop grande influence sur les prix. Les vendeurs de fraises au marché Jean-Talon est un exemple de libre marché et de saine compétition. D'autre part, les gens peuvent sortir et entrer dans ce marché librement. Dans le cas des clients en région éloignée, ils sont captifs. Pour ce qui est de Bell, les coûts d'entrée dans le marché de la téléphonie a un effet restrictif sur le nombre d'entreprises pouvant y oeuvrer et le résultat, c'est qu'on a un monopole ou un oligipole, une autre défaillance de marché.

Pas surprenant que la déréglementation n'a pas donné une baisse significative des prix...

Frédéric Gosselin dit :
19 juillet 2012 à 14 h 14 min

Bof, au sujet de Bell, l’époque Monty avait été particulièrement désastreuse côté gestion et le gars avait continué à voir son salaire augmenter. Le gars avait fait plusieurs mauvais choix : achat de Téléglobe et Excel communication, pertes par dizaines de milliards, il avait aussi vendu les téléphonistes de l’assistance annuaire, brisé le syndicat etc... Payer 15$ de l’heure c’est ben trop cher, mais d’un autre côté, pour les boss, 4 millions, c’est pas assez...Et certain pensent que les travailleurs n’ont pas besoin de syndicat pour défendre leurs droits. Désolant...

Marcel M. dit :
19 juillet 2012 à 14 h 32 min

Monsieur Lauzon,

vous tirez à boulet rouge sur tout ce que vous n'aimez pas et vous avez parfaitement raison, tout le monde a droit à ses opinions. Moi, ce que j'aimerai lire de votre part, c'est des solutions Réalistes et surtout Réalisables. Le chialage, c'est bien beau mais sans solution, ça ne donne absolument rien.

Réjean dit :
19 juillet 2012 à 14 h 47 min

l. Gagné : "La seule différence c’est que vous etes une éternelle ‘victime’ et eux ils accomplissent des choses"

Remarquer la profondeur de l'argument. En fait, pas grand chose à dire le Gagné. Ce n'est pas le processus de production qui est en cause mais le fonctionnement d'un système de monopole protégé par l'État et qui engendre d'immense profit accaparé par le privé, des profits qui sont carrément du vol institutionnalisé.

Malgré tous les faits présentés par M. Lauzon, les droitistes continuent l'aveuglement volontaire.

popole dit :
19 juillet 2012 à 19 h 35 min

rejean Que pratique les gauchistes ?la mendicité chronique envers les créateurs de richesse.wow! edifiant la théorie de gagné a du sens :que fait-on pour améliorer la société? on commence par tasser charest ,ensuite on se met au travail.

popole dit :
19 juillet 2012 à 19 h 37 min

hydro est public mais puisqu'il est gèré comme le gouvernement ,ses profits sont ridicule.Ou est la solution ,privatiser non je ne crois pas

Nelson Roy dit :
19 juillet 2012 à 19 h 40 min

Préféreriez-vous que les citoyens du Salvador se tournent vers la prostitution pour avoir assez d'argent pour faire vivre leur famille? Les méchants patrons canadiens donnent des opportunités aux pays pauvres.

Mais ça vous ne le direz pas.

Gaétan Gagné dit :
20 juillet 2012 à 1 h 13 min

C'est simple de contester contre bell.....couper le service et opter pour un cellulaire.......non?

jean dit :
20 juillet 2012 à 4 h 29 min

toujours le pauvre travailleur qui paie et les actionnaires qui empochent. Vous oubliez cependant M. Lauzon de mentionner que videotron fait la meme chose les distributeurs de journaux sous payés en savent quelque chose.... Oh je sais c est lui qui vous paie...

respectable dit :
20 juillet 2012 à 7 h 35 min

Vrai que Bell est un harceleuse téléphonique. Faux que le libre-échange ne soit pas une bonne entente pour la province de qc. Il y unanimité là-dessus. Vous êtes le premier à qui ça ne semble pas faire son affaire. Avez-vous une PME exportatrice vers les USA? Vos connaissances en comptabilité sont loin d’être suffisantes pour évaluer les bienfaits du libre-échange, plus beau cadeau de Mulroney avec la TPS.

Pierre Dauphinais dit :
20 juillet 2012 à 8 h 54 min

Bonjour Monsieur Lauzon, dans votre article il y a plusieurs omission. Je travail dans les communications depuis 31 ans, au rehaussement des équipements et au déploiement des nouvelles technologie, j'ai travailler au Québec, en Californie, au New-Jersey et en Pennsylvanie pour une compagnie canadienne.

Dans les régions éloignés, comme par exemple, Notre-Dame des Monts, village de 300 âmes, il est très difficile d'amortir les coûts du déploiement d'un Internet HV, y emmener la fibre sur plusieurs kilomètres, refaire le réseau d'accès plus les coûts d'équipement rend impossible l'amortissement avant que l'équipement lui même devienne "obsolete", Bell n'y va pas, pas plus que Vidéotron (via sont distributeur DERY) ou TELUS. C'est la même chose pour le cellulaire, c'est facile de déployer à faible coût à Paris ou à New-York quand il y a un bassin de 30 millions disponible, mais à Baie Comeau ou a Maniwaki c'est une autre histoire.

Vous attaquer Bell, pourtant Vidéotron n'est pas partout au Québec, moins de la moitié en téléphonie et en Internet, et leur coût sont similaire à Bell, ils sont tout aussi requin dans la gestion de la largeur de bande, faut comprendre que leur réseau est saturé aux heures de pointe à cause de leurs accès partagés. Alors pourquoi les insultes envers Bell, je serais porter à croire que votre jupon dépasse cher monsieur, sur un site Québécor, franchement. Vous omettez de dire que Bell et le syndicat SCEP-FTQ était farouchement contre la dérèglementation des le début en 1992, que cela ne changerais rien au Canada, à cause des coûts astronomiques de déploiement lier au grande distance et au peu de clientèle disponible. Il a fallu que le gouvernement (crtc) force Bell à maintenir c'est pris élever pour aider les nouveaux joueur comme Vidéotron à s'implanter avec des pris ridiculement bas qui sont devenu subitement pas mal plus élever aujourd'hui, alors est ce que Bell est la seul crosseuse M Lauzon, je vous le demande...

Philippe dit :
20 juillet 2012 à 8 h 58 min

Venant d'un gars de chez Quebecor c'est surprenant... Oh attention à la diffamation!

Jacques Letourneau dit :
20 juillet 2012 à 18 h 50 min

Monsieur Lauzon, j'aimerais connaître les Entreprises modèles à vos yeux...

Max dit :
21 juillet 2012 à 9 h 05 min

Euh, ça veut dire quoi "crossantin" ?

Tant qu'à mettre "filouteuse" entre guillemets, parce que ce mot n'existe pas, peut-être aurait-il été sage d'en faire autant pour "crossantin", qui existe encore moins... M'enfin...

Concernant la bébelle Bell, ça fait longtemps, voilà plus de quinze ans que personnellement, je m'en suis débarrassé, ça fait longtemps que je l'ai jetée, comme une vieille poupée, dans le caniveau des eaux usées de mes partenaires passés.

Puis, dernièrement, j'ai reçu une facture de Bell Mobilité, alors que jamais au grand jamais n'ai-je été à leurs services abonné; La "Bell" Affaire...

Alors, avec eux j'ai communiqué pour leur faire part de leur égarement, pour leur expliquer qu'ils se sont fourvoyés d'identité, et avec le vrai titulaire du compte, mon homonyme j'ai aussi communiqué, titulaire qui a bien sûr à son tour Bell engueulé, et là, devinez quoi ?

Parfaitement, vous avez bien extrapolé: Bell Mobilité a osé la deuxième facture de mon homonyme m'envoyer...

Non content de crosser ses propres clients, Bell essaie même de facturer des gens qui ne sont même pas leurs clients; comme le disait si bien Caro, la fille de Ti-Mé: Bell, belle bande de TARÉS !

Max

M. Fleury dit :
21 juillet 2012 à 9 h 46 min

Moi c'est simple , je ne retournerai jamais au grand jamais chez Bell . Surtout avec le service à la clientèle atroce qu'ils nous ont toujours servi en guise de bons services. Ils ont beau nous envoyer de la pub sans cesse pour nous faire revenir avec eux , rien à faire. On récolte ce que l'on sème.

Maxime dit :
21 juillet 2012 à 13 h 12 min

Je trouve un peu insultant qu'il y aie aussi peu de transparence venant d'un media associe a la compagnie qui est en concurrence direct avec Bell. Pour avoir fait affaire avec Videotron et avec Bell pour mes services residentiels je peut vous assurer que la reglementation de probleme est beaucoup plus facile avec votre competiteur...

Je trouve sincerement desolant de se servir d'un media pour "basher" la competition.... C'est tres...petit...

Transparence et rigeur svp

Christian A. dit :
22 juillet 2012 à 11 h 32 min

Je viens de renouveler avec Bell pour téléphonie et internet. Ils ont changer leurs statégies pour le mieux.

Christian A. dit :
22 juillet 2012 à 11 h 33 min

Oups!... ''changé''

Katherine dit :
22 juillet 2012 à 15 h 30 min

Je vis en région urbaine, mais éloignée. Je ne peux laisser tomber Bell pour un cellulaire. Ici, on paie 33,05$ +tx +interurbains, la ligne résidentielle, sans afficheur et sans boîte vocale. Mais un cellulaire? Peu de fournisseurs et gros prix pour joindre la famille via interurbain. Nous vivons la même chose avec le câble, filiale de Bell. Combien pensez-vous coûte le câble analogique sans forfait?? 50$... Peuplons nos régions qui disent... Quoi qu'on en dise, je m'ennuie de mon compte de Vidéotron de mon ancienne région...

Yves Germain dit :
22 juillet 2012 à 16 h 02 min

@ Lewis Walker

IQT a trouvé de plus bas salaires en Amérique latine, au sein de pays qui ont récemment signé des traités de libre-échange avec le Canada comme le Salvador, le Honduras et la Colombie. Des pays qui ne sont pas très portés sur le respect des droits de la femme et de l’homme. Le patronat aime ça

je l'ai copié coller

De tout e facon tourjours credible un article du Journal de Montreal ou de JE pour parler de Bell.

En passant outre le fait que LCN aimait dire que le service serait plus long chez Bell avec la fermeture d'IQT. Ils n'ont rien fait pour aider les employées à se trouver du travail. Pourtant à Laval ils occupaient le meme building????

Jean Piché dit :
22 juillet 2012 à 21 h 39 min

Pourquoi le Journal de Montréal donne t-il voix à un blogueur aussi grossier? Ou est-ce que le titre est choisi par quelqu'un d'autre?

François dit :
22 juillet 2012 à 22 h 04 min

M. Lauzon, Avez-vous pensez que Bell, contrairement à Vidéotron, on intégrer à rangs il y a plusieurs années, tous les techniciens extérieurs d'anciennement ENTOURAGE. De leur côté, Vidéotron continue d'utiliser de la sous-traitance pour les mêmes services .... mais ça, vous n'en parlez pas .... très peu crédible comme analyse ....

où est la compétition dans les dites régions ? Demandez à celui qui vous paie .... elle n'y est pas.

Caroline dit :
23 juillet 2012 à 16 h 43 min

Bravo pour votre article! C'est PKP qui doit être fière de vous! Votre article est tellement truffé de non-dit que sa devient vite pathétique. Recevez vous une prime quand votre article porte sur Bell? J’ai hâte que vous nous dressiez un portrait de Vidéotron. Dans plusieurs forum Vidéotron détient la palme des frais cachés. Vous êtes un VRAI journaliste? Agissez comme tel et montrez nous un portrait des compétiteurs de Bell.

Alain Lavoie dit :
24 juillet 2012 à 12 h 56 min

Le néolibéralisme vous sert très bien vous-aussi M.Lauzon. En tant que professeur d'université, vous toucherez une très généreuse pension prélevée à même mes impôts. Et que dire de vos conditions tout au long de votre vie de travailleur actif.

En passant je n'ai pas de fonds de pension et je préférerais de loin souscrire au mien qu'au vôtre.

Vous condamnez de la gauche et encaissez de la droite. C'est de la malhonnêteté intellectuelle.

Stéphane dit :
24 juillet 2012 à 17 h 14 min

Jacques Letourneau dit : Monsieur Lauzon, j’aimerais connaître les Entreprises modèles à vos yeux...

Facile, la CSN

albert bella dit :
24 juillet 2012 à 20 h 47 min

dans le fond on as tu encore besoin de ça le téléphone

Alain Mallette dit :
25 juillet 2012 à 16 h 46 min

Je suis bien fier d'avoir foutu BELL a la porte et je suis passé a Videotron pour les 3 services ;cable,internet et téléphone. Beu bye Bell.....

Jocelyn T, dit :
27 juillet 2012 à 21 h 35 min

Belle se vante d'avoir le meilleur réseau mais je vous défie d'aller au centre ville dans la tour KPMG et d'avoir une connexion stable avec leur service mobile ! Vraie Bullshit ! Plus jamais Bell... La vie est belle mais sans Bell !

Robert L dit :
29 décembre 2012 à 22 h 01 min

Juste avant Noel j'ai parlé plusieurs fois avec le centre d'appel 870-SURF de Bell dont les agents de soutien technique et de facturation sont en Tuninise. Pour le service Interne au Québec, le service à la clientèle est en Tunisie et pour l'Ontario, il est en Inde. Aussi le service pour le téléphone est en voie de délocalisation si ce n'est pas déjà commencé.

Il semble que Vidéotron est aussi en train de débuter la délocalisation vers l'Égypte. Mais pour moi Bell c'est confirmé car j'ai parlé avec des tunisiens qui me l'ont confirmé plusieurs fois lors de mes appels avant Noel.

En plus de donner nos renseignements à l'extérieur du pays (parfois dans des pays instables) il m'est privilégié de ne pas me lamenter du coût trop élevé du service mensuel à des gens dont le salaiire mensuel est d’environ 7 fois plus bas que le salaire pour un tel travail chez Bell au Québec. En fait bien plus bas que le salire minimum au Québec !

En plus d'avoir une ouverture d'esprit envers les nouveaux candidats à l'immigration au Québec, je vois nos "jobs" être expatriés vers des pays ou les salaires des employés ne sont même pas comparable au salaire minimum au Québec. Ceci fait une belle jambe à nos jeunes québécois et immigrants qui cherchent un emploi au Québec .

Pour ma part je n'oserai jamais offenser des employés tunisiens"qui me semblent être très compétents et surqualifiés en me plaignant des prix que je paye et de ma condition économique comme québécois retraité de 1996.

Juste avant Noel j'ai parlé plusieurs fois avec le centre d'appel 870-SURF de Bell dont les agents de soutien technique et de facturation sont en Tuninise. Malgré la compétence apparente mon problème n’est pas réglé.

Pour le service Interne au Québec, le service à la clientèle est en Tunisie et pour l'Ontario, il est en Inde. Aussi le service pour le téléphone est en voie de délocalisation si ce n'est pas déjà commencé. J e ne peux confirmer mais il semble que...

Robert L dit :
30 décembre 2012 à 20 h 07 min

Pour compléter mon dernier message incomplet...

Je peux aussi confirmer les propos de Vidéotron q'environ 15 à 20% des appels sont présentement traités en Égypte.

En plus d'avoir une ouverture d'esprit envers les nouveaux candidats à l'immigration, je vois nos "jobs" être expatriés vers des pays ou les salaires des employés ne sont même pas comparable au salaire minimum au Québec. Par surcroît j'ai toutes les raisons de penser que des employés tunisiens peuvent croire que ce travail leur ouvrira les portes du Canada.

Jean-François M dit :
3 janvier 2013 à 22 h 56 min

Bell continuent de me faire parvenir des factures même si j'ai payé tout mes comptes et que je ne suis plus avec eux depuis 6 mois!!! A chaque fois que je les apellent, il me disent quils ne réussissent pas à comprendre pourquoi et que je ne devrait plus recevoir de factures. Je sais que je suis loin d'être le seul alors Bell pour moi c'est plus que non...

Bellophobe dit :
29 mars 2014 à 18 h 05 min

J'ai quitté Bell pendant plus de 13 ans..., quelle libération! Seulement voilà! Comme tant d'autres, j'ai crû que..... Et, j y suis revenu! J'attends impatiemment la fin de mon contrat de 3 ans! Je m'en veux de m'être, pendant un instant.., assoupi. La réalité m'a vite rattrapé.., Bell n a pas changée! Plus agressive, plus impitoyable.., plus cynique! Certainement!

Bell, c'est le capitalisme sauvage dans son expression la plus vîle. Ses méthodes et pratiques de marketing sont une honte! Il n y a absolument aucune considération humaine de la part de cette entreprise vis à vis de sa clientèle. Il n y a qu'un boycott généralisé qui pourrait, au Québec, la mettre hors d'état de nuire. Et oui! C'est une Nuisance! Impossible de casser les prix.. Bell impose ses règles! Le monopole est quasiment encore là! Un boycott généralisé favoriserait l'émergence d'une saine complétion. L'arrogance des boss de Bell, comme de ses employés du service de la clientèle, est désespérante. C'est affreux que, de nos jours et dans un pays dit avancé et respeçtueux des droits de la personne, une telle entreprise puisse exister et.., perdurer. Une question pour mes concitoyens du Québec! Est-ce que Bell se comporte de la même façon dans les autres provinces canadienne?! Je n'ai pas la réponse. Les québécois sont-ils considérés par Bell comme des êtres inférieurs à tel point que cette entreprise se moque de nous sans la moindre retenue?! Pour moi, Bell, dans quelques mois ce sera Bel et bien fini! Et Tant mieux si certains d'entre vous se disent comblés car autour de moi nombreux sont ceux qui se mordent les doigts d'avoir signés avec cette entreprise.

Lorae dit :
9 août 2014 à 12 h 21 min

Je donne toujours un montant $ tous les mois. Ce que je peux. Vendredi dernier j'ai payé 50$ que j'aurais pu gardé pour me nourrir. Bell a décicé que ce n'était pas encore assez. Il me reste qu'une petite balance mais Bell m'a coupé ma ligne de cell, moi qui est en pleine recherche d'emploi et attends pein d'appels. Gang de stupides et cons au service de comptes Bell. Pas de jobs, ne peut payer.