/entertainment/movies
Navigation
Alter Egos

Dur dur d’être un super héros!

alter
Photo: Courtoisie / Festival Fantasia
Extrait du film présenté en première mondiale, le mardi 24 juillet 2012
alter
Photo: Courtoisie / Festival Fantasia
Extrait du film présenté en première mondiale, le mardi 24 juillet 2012

Coup d'oeil sur cet article

Que se passe-t-il quand les super héros ont tellement bien fait leur travail qu’il ne reste plus un seul criminel à coffrer? C’est la proposition de Jordan Galland dans Alter Egos, film décalé mettant en vedette Kris Lemche, Joey Kern, Brooke Nevin et Danny Masterson.

Toute l’équipe était à Montréal, mardi, dans le cadre du Festival international de films Fantasia, le long métrage y étant projeté en première mondiale.

Sans criminels, le gouvernement n’a plus de raisons de financer les activités de surhommes comme Fridge (Kris Lemche), C-Thru (Joey Kern) et Shrink (John Ventimiglia). Le premier connaît des mésaventures amoureuses, sa petite amie le trompant avec... son alter ego (d’où le titre du film) «normal». Le deuxième — qui voit à travers les objets et les murs — s’est embarqué dans une sombre histoire d’enlèvement d’un collègue. Quant au troisième..., je vous laisse découvrir le tout! Et n’oublions pas Jimmy (Danny Masterson), un ancien héros reconverti dans la police...

Bref, tout ce beau monde est diantrement torturé, mais en mode comique! « Sandra Bullock n’est pas un super héros », apprend-on ainsi au fil des dialogues de ce long métrage, dont le scénario a été dicté par le lieu — les Hampton hors saison — pour cause de budget infinitésimal, production indépendante oblige, comme nous l’apprend Jordan Galland en entrevue.

«C’est une espèce d’anti “Kick-Ass”, je voulais vraiment montrer ce que deviennent des gens dotés de super pouvoirs quand tout le monde se retourne contre eux», a-t-il ajouté.

Kris Lemche et Joey Kern comparent d’ailleurs leurs personnages «aux politiciens actuels, qui vivent aux crochets de la société sans rien faire d’utile.» Mais que les amateurs de divertissement se rassurent,  Alter Egos n’est pas un film à messages : les 80 minutes regorgent de plaisanteries, de répliques-chocs et d’inévitables costumes en spandex.

«Non! Ils ne grattaient pas!», a répondu Kris Lemche en riant. «Mais je peux vous dire que nous étions congelés. Nous avons tourné en avril et c’était l’un des mois les plus froids que j’ai connu! De plus, Jordan prenait un malin plaisir à nous filmer dehors pendant les journées les plus grises.»

Mais pourquoi un énième film de super héros? En quoi sont-ils nécessaires? «C’est de l’évasion! De plus, même les femmes peuvent s’identifier à des gens ayant des pouvoirs spéciaux. Qui ne rêve pas de se faire embrasser par un Spider-Man suspendu la tête en bas?», de répliquer Joey Kern. Il a un bon point!

Les billets pour l’ensemble des projections et activités du Festival international de films Fantasia sont en vente sur le réseau Admission.

Des renseignements supplémentaires sur Fantasia sont disponibles sur le site officiel du Festival (fantasiafest.com), sur Facebook (facebook.com/FantasiaFilmFestival) et sur Twitter (@FantasiaFest).
 

Commentaires
Loading