/sports/hockey/canadien
Navigation
Canadien

Lars Eller sur les traces de Plekanec

Lars Eller sur les traces de Plekanec

Coup d'oeil sur cet article

La vie est belle pour Lars Eller.

Le jeune attaquant de 23 ans du Canadien a accepté un nouveau contrat de deux ans récemment, sa femme Julie attend la venue de la cigogne quelque part cet automne, et le couple passe l’été dans la belle ville de Copenhague.

On va dire comme on dit, c’est difficile de demander mieux !

« Oui, c’est vrai, je me sens privilégié », ne cache pas Eller.

« Je suis heureux de m’être entendu avec le Canadien. Ça m’a permis de partir passer l’été au Danemark la tête en paix. »

Eller s’entraîne régulièrement au complexe Idraettens Hus de Copenhague avec d’autres athlètes danois de haut niveau.

Il entend revenir au Québec vers la mi-août, avant d’entreprendre le camp d’entraînement du Canadien.

Il raconte que son but sera d’impressionner le nouvel état-major du Canadien.

« À ma troisième saison avec l’équipe, je serai prêt à prendre plus de responsabilités sur la glace », dit-il.

« J’aimerais obtenir plus de temps de jeu, sur les deux premières lignes d’attaque de préférence, et aussi sur les attaques massives.

« La décision finale appartiendra bien entendu à mon entraîneur Michel Therrien, mais il peut être assuré d’une chose, c’est que je ferai tout en mon possible pour mériter sa confiance... »

Comme Plekanec

En fait, Eller, auteur d’une fiche de 16 buts et 12 passes en 79 matchs la saison dernière, rêve qu’on lui confie le même genre de missions qu’à Tomas Plekanec.

« Tomas est le modèle de joueur que je tente d’imiter », raconte le principal intéressé.

« Il excelle dans les deux sens de la patinoire.

« C’est le gars que l’entraîneur envoie sur la patinoire en mission offensive quand nous tirons de l’arrière par un seul but.

« C’est aussi l’homme de confiance qu’on utilise quand nous menons par un but vers la fin de la rencontre et que nous devons protéger notre avance.

« Un joueur comme lui, c’est inestimable. »

– Avec la collaboration d’André Cyr

Commentaires