Actualité | Politique

Stratégie nationale

Sans la Colombie-Britannique

Jessica Murphy / Agence QMI

Publié le: | Mise à jour:

Christy Clark

Photo Archives Reuters

La première ministre de la Colombie-Britannique, Christy Clark.

OTTAWA – La première ministre de la Colombie-Britannique, Christy Clark, a annoncé vendredi que sa province ne prendra pas part à une stratégie énergétique nationale, tant que l’Alberta et le fédéral n’accepteront pas de discuter de ses exigences au sujet du projet d’oléoduc Northern Gateway.

« Nous avons besoin de commencer à avoir une conversation », a déclaré Mme Clark aux journalistes, en marge de la rencontre annuelle des premiers ministres provinciaux à Halifax.

« L'Alberta doit être prête à s'asseoir à la table avec la Colombie-Britannique et discuter de la façon dont nous allons partager les bénéfices de ce projet pour notre province, a poursuivi Mme Clark. Et nous devons nous asseoir avec le gouvernement fédéral pour parler de cette question et parler de la meilleure réponse aux déversements marins et terrestres. »

Les premiers ministres ont discuté vendredi d’un plan énergétique pancanadien, une idée défendue par la première ministre de l’Alberta Alison Redford, avant de conclure la rencontre de trois jours du Conseil de la fédération.

Lors de la conférence de presse de clôture, la première ministre Redford, qui a fait peu de vagues lors du sommet, a évité de parler directement de sa querelle avec la première ministre Clark.

« Il y a un fort désir, de la part de toutes les provinces et les territoires, de trouver un moyen d'avancer sur une stratégie canadienne de l'énergie », a déclaré Mme Redford lorsqu’interrogée sur la décision de Mme Clark de ne pas participer à ce projet.

D’autres premiers ministres ont toutefois laissé entendre qu’ils chercheraient une autre route, si la Colombie-Britannique refusait de laisser transiter le pétrole albertain sur son territoire.

« C'est un grand pays. Il s’étend d’une mer, à une mer à une mer et il y a beaucoup de possibilités pour examiner les moyens qui nous permettrait d’être un fournisseur d’énergie dans le monde », a déclaré le premier ministre manitobain Greg Selinger.

Mme Redford et le premier ministre du Nouveau-Brunswick, David Alward, ont d'ailleurs indiqué qu’ils voulaient étudier la possibilité d’acheminer le pétrole de l’Alberta vers l’est.

D'autres premiers ministres ont exprimé leur frustration face aux exigences peu flexibles de Mme Clark pour sa province.

La première ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, Kathy Dunderdale, a déclaré jeudi que la menace, proférée par la première ministre Clark, d’interrompre le développement de pipelines de pétrole brut lourd en Alberta pourrait créer un précédent inquiétant.

« Je ne crois pas que les provinces devraient être en mesure d'utiliser leur géographie afin de retarder le développement économique de leurs provinces sœurs. Ce n’est pas dans les meilleurs intérêts du pays », a-t-elle conclu.

Plus tôt cette semaine, les libéraux de la Colombie-Britannique ont émis cinq conditions à respecter pour que la province fournisse les 5,5 milliards $ nécessaires au projet Northen Gateway, qui permettrait à l’Alberta de faire passer son pétrole par Kitimat pour ensuite l’exporter vers les marchés asiatiques. Des considérations environnementales et économiques étaient au cœur de ces demandes.

 

 

Vos commentaires

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre netiquette.

Pour signaler un problème avec Disqus ou avec la modération en général, écrivez à moderation@quebecormedia.com.
Les commentaires sont modérés. Vous pouvez également signaler aux modérateurs des commentaires que vous jugez inappropriés en utilisant l'icône.

Commentaires propulsés par Disqus