Spectacles | Cinéma

Fantasia

Finale avec les zombies de ParaNorman

Isabelle Hontebeyrie / Agence QMI

Publié le: | Mise à jour:

C’est le film d’animation « ParaNorman » qui a clôt le Festival Fantasia de Montréal mardi soir en présence des coréalisateurs Chris Butler et Sam Fell.

Agence QMI

C’est le film d’animation ParaNorman qui a clôturé le Festival international de films Fantasia de Montréal, mardi soir, en présence des coréalisateurs Chris Butler et Sam Fell.

Cette projection, une première canadienne, est en droite lignée avec ce que les deux hommes ont constaté lors de présentations publiques précédentes du film des studios Laika (ceux qui nous avaient donné Coraline il y a quelques années).

«Ça nous a surpris de voir à quel point ParaNorman rejoignait tous les publics, même des gens que nous pensions qui n’aimeraient pas. Même des personnes plus conservatrices ont compris le message que nous voulions transmettre, ils ont vu le cœur du film et la réflexion qu’il génère», ont indiqué les deux compères à l’Agence QMI.

Ce dessin animé – en animation image par image et en 3D –, qui sort le 17 août, est le point d’orgue de Fantasia, dont le rayonnement s’élargit d’année en année. De festival de genre, cette manifestation culturelle a, pour son édition 2012, accueilli des réalisateurs comme Yves Simoneau ou Jean-Marc Vallée, et des acteurs comme Michel Côté, Pierre Curzi, Danny Masterson et AnnaLynne McCord.

Car le long métrage d’animation ParaNorman n’est pas qu’un excellent maillage de toutes les techniques actuelles ni que l’histoire de Norman, un petit garçon qui peut parler aux morts, mais une profonde et puissante réflexion sur des thèmes aussi actuels que l’intimidation, la tolérance et la manière de s’affirmer dans toute son unicité.

«Le film encourage les enfants à se dépasser, à surmonter les obstacles, à être eux-mêmes», a souligné Chris Butler, qui a mis une dizaine d’années à terminer le scénario de ce long métrage à voir en famille.

«Nous racontons une histoire drôle, nous en avons fait une espèce de balade en montagnes russes, qui fait autant peur que rire, tout en disant beaucoup d’autres choses. Nous espérons qu’en sortant de la salle de cinéma les gens se seront amusés et que leur regard sur le monde sera un peu changé. Pour moi, c’est ça faire des films.»

Impossible de parler de toutes les surprises contenues dans ParaNorman – Sam Fell a insisté sur le fait qu’une grande partie du plaisir du cinéma est de se laisser entraîner dans une aventure qu’on ne connaît pas à l’avance –, mais on peut espérer, en cette ère de suites, voir un ParaNorman 2!

«Nous sommes tout à fait ouverts à cette possibilité, mais laissez-nous le temps de respirer», ont répondu les deux hommes en riant.

Vos commentaires

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre netiquette.

Pour signaler un problème avec Disqus ou avec la modération en général, écrivez à moderation@quebecormedia.com.
Les commentaires sont modérés. Vous pouvez également signaler aux modérateurs des commentaires que vous jugez inappropriés en utilisant l'icône.

Commentaires propulsés par Disqus