/news/health
Navigation

Des lacunes majeures dans les soins

Le Protecteur du citoyen dénonce la qualité des traitements donnés à une résidente d’un CHSLD

Des lacunes majeures dans les soins
Photo le journal de Montréal, héloïse archambault Gilbert et Ghislaine Vachon espèrent que leur sortie publique permettra d’éviter que d’autres résidents subissent le même sort que leur mère.

Coup d'oeil sur cet article

Plus d’un an après le décès de Gilberte Lemieux-Vachon des suites d’une plaie de lit au Centre d’hébergement de Saint-Eustache, un rapport du Protecteur du citoyen relève d’importantes lacunes dans la qualité des soins qu’elle a reçus.

« Certains des aspects de la situation globale (...) ont fait l’objet d’une prise en charge déficiente de la part de l’établissement, notamment en ce qui a trait à la santé psychosociale, à l’état nutritionnel, à la douleur et à la coordination des soins », conclut le Protecteur du citoyen dans un rapport, rendu public hier par la famille de la victime.

Gilberte Lemieux-Vachon est décédée le 1er avril 2011, à l’âge de 83 ans, des suites d’une plaie de lit au Centre d’hébergement de Saint-Eustache.

Après qu’elle eut été admise dans cet établissement en mars 2010, sa famille a noté une rougeur sur son coccyx et une détérioration de son état à partir de l’automne 2010.

Rien dans le dossier

Or, selon le rapport du coroner, la première mention de plaies n’est apparue que le 12 février 2011 dans le dossier de la défunte.

« Quand on visitait ma mère, on avait une confiance aveugle dans le système, raconte Gilbert Vachon, le fils de la défunte. Mais, quand ma mère se plaignait de la douleur, ils disaient qu’elle était chiâleuse. »

« Ce que ma mère a vécu frise la torture, ajoute sa sœur Ghislaine Vachon. Je n’oublierai jamais ce qui s’est produit parce que c’est inacceptable. »

Selon le rapport du Protecteur du citoyen, le risque de plaie a été évalué à l’admission de Mme Lemieux-Vachon, «mais par la suite, ce risque n’a pas été évalué toutes les semaines pendant quatre semaines». Aussi, « un écart de cinq mois est constaté entre deux des évaluations réalisées. »

Dans son rapport, le Protecteur du citoyen recommande au CSSS du Lac-des-Deux-Montagnes d’assurer l’implantation prioritaire de mesures pour assurer la qualité des soins et des services aux résidents. En juillet dernier, la direction du CSSS a indiqué qu’elle y donnera suite.

La famille de la défunte souhaite que ces recommandations améliorent les conditions de vie des personnes âgées en résidence. Elle songe aussi à intenter des poursuites judiciaires.

« Je souhaite que ça amène de l’ordre, dit Gilbert Vachon. Mais, je suis en colère que les personnes qui ont fait ça à ma mère soient encore là. Il n’y a personne de puni dans tout ça. »

Plus de places en CHSLD

L’Association québécoise des retraités des secteurs public et parapublic a aussi émis une liste de mesures à mettre en place pour améliorer les soins aux personnes âgées.

Parmi elles, on note la création de 5 000 nouvelles places en centre d’hébergement de soins de longue durée au cours du prochain mandat politique et l’obligation des personnes travaillant avec les aînés de dénoncer toute situation d’abus, de maltraitance ou de négligence.

Commentaires