Sports | Hockey

Négociations dans la LNH

Desharnais confiant

Étienne BOUCHARD / Agence QMI

Publié le: | Mise à jour:

desharnais

BEN PELOSSE/ JDM / LE JOURNAL DE MONTRÉAL / AGENCE QMI

David Desharnais a pris part au tournoi estival des Redmen de l'Université McGill, samedi.

Les joueurs rencontrés samedi à l’occasion du tournoi d’été annuel organisé par les Redmen de McGill sont unanimes : ils croient que la campagne 2012-2013 de la Ligue nationale de hockey (LNH) aura bel et bien lieu. 

L’attaquant du Wild du Minnesota Pierre-Marc Bouchard a d’ailleurs admis suivre de près les derniers développements relatifs au renouvellement de la convention collective du circuit Bettman. Ainsi, il ne se dit nullement inquiet pour la suite des choses.

«Nous avons déposé une offre très intéressante et je sais que les propriétaires doivent l’étudier davantage. Pour ce qui est de la saison, j’ai confiance au groupe qui nous représente, a-t-il déclaré.

«J’ai assisté à quelques rencontres du syndicat et je peux dire que Donald Fehr (le directeur exécutif de l’Association des joueurs de la LNH) a beaucoup d’expérience. J’avais beaucoup entendu parler de lui quand il travaillait avec les joueurs du baseball majeur. Il inspire énormément confiance.»

De son côté, le porte-couleurs des Canadiens de Montréal David Desharnais estime que la LNH se tirerait dans le pied si elle décidait de décréter un lock-out.

«La ligue ne peut pas vraiment se permettre un autre conflit de travail après celui de 2004-2005. Par contre, je suis confiant et je pense que la saison se tiendra comme prévu», a-t-il mentionné.

Questionné à savoir si un séjour en Europe était envisageable dans l’éventualité d’un arrêt forcé des activités de la LNH, le numéro 51 du Tricolore n’a pas écarté cette possibilité, indiquant «qu’on regardera nos options si jamais» les deux parties ne parviennent pas à s’entendre d’ici le 15 septembre.

«Je suis encore jeune et rater une année ne serait pas dramatique. Mais on verra la suite.»

Situation compliquée

Toutefois, malgré l’optimisme affiché par les hockeyeurs établis de la LNH, le portrait n’est pas aussi clair pour ceux ayant un statut précaire dans la grande ligue. C’est le cas de Philippe Dupuis, maintenant membre de l’organisation des Penguins de Pittsburgh. Celui-ci ne sait pas ce que l’avenir lui réserve à court terme, d’autant plus qu’un renvoi dans les ligues mineures ne pourrait lui garantir d’échapper à un possible lock-out.

«Ce fut difficile de me préparer cet été à cause de la menace d’un conflit. Le problème, c’est que si je suis cédé à la filiale de la Ligue américaine, je dois passer par le ballotage. Mais durant une grève ou un lock-out, il n’y a pas de ballotage, a-t-il expliqué. Tout ce que je peux faire, c’est de continuer à jouer ma "game" et à travailler fort pour rester à Pittsburgh.»

En revanche, Dupuis adhère aux propos de Desharnais et Bouchard. Il estime que la LNH a trop à perdre en déclenchant un arrêt de travail dans quelques semaines.

«Je crois que la saison aura lieu, car la ligue va trop bien pour qu’il y ait annulation. Ses revenus sont toujours à la hausse et l’intérêt des gens est là», a conclu le joueur de centre qui a participé à 30 rencontres avec les Maple Leafs de Toronto, l’an dernier.

 

Vos commentaires

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre netiquette.

Pour signaler un problème avec Disqus ou avec la modération en général, écrivez à moderation@quebecormedia.com.
Les commentaires sont modérés. Vous pouvez également signaler aux modérateurs des commentaires que vous jugez inappropriés en utilisant l'icône.

Commentaires propulsés par Disqus