/news/politics
Navigation
Québec 2012 | Accusations criminelles

De généreux donateurs

Vingt hommes accusés de corruption ont donné un quart de million de dollars à des partis politiques dans la dernière décennie

Coup d'oeil sur cet article

Les élus, entrepreneurs et fonctionnaires arrêtés récemment dans des affaires de corruption étaient généreux avec les partis politiques provinciaux. Lors de la dernière décennie, ils ont saupoudré des dizaines de milliers de dollars en dons, révèle une compilation effectuée par le Journal.

Au total, uniquement en leur nom personnel, ils ont signé des chèques totalisant plus de 261 000 $ pour nourrir les caisses électorales. C’est surtout le Parti libéral de Jean Charest, au pouvoir depuis 2003, qui en a bénéficié.

Mais le Parti québécois de Pauline Marois et l’ADQ (maintenant fusionnée avec la CAQ de François Legault) ont également récolté des milliers de dollars en provenance d’une vingtaine d’individus qui font maintenant face à de graves accusations criminelles.

« Ces contributions nuisent aux partis politiques. Tous les leaders savent que ce n’est pas bon pour la crédibilité de la démocratie. Les politiciens passent pour des gens corrompus », estime le politicologue Guy Lachapelle, professeur titulaire à l’Université Concordia.

Les dons pleuvent

C’est Paolo Catania, géant de l’immobilier et de la construction, qui a le plus contribué. Depuis 2001, il a allégé son portefeuille personnel de 40 650 $ au profit des trois principaux partis politiques.

Catania a été arrêté par la Sûreté du Québec (SQ) le 17 mai dernier dans une rafle suivant une enquête de l’Unité permanente anticorruption (UPAC) sur le scandale du Faubourg Contrecœur.

Parmi les plus généreux donateurs, plusieurs ont été épinglés le 17 avril, au terme d’une enquête de l’UPAC sur un système de pots-de-vin impliquant 15 personnes, dont le maire de Mascouche Richard Marcotte.

C’est ainsi que les ingénieurs Jean Leroux et Rosaire Fontaine, deux haut placés dans des firmes de génie-conseil, ont tous deux donné plus de 30 000 $.

L’entrepreneur Normand Trudel, bien connu dans la région de Mascouche, n’est pas en reste, avec des dons qui totalisent près de 23 000 $.

Tony Accurso

Fait à remarquer, aucune contribution n’apparaît au nom du géant de la construction Tony Accurso, arrêté le 17 avril et le 9 août. Par contre, sa fille Lisa, qui administre certaines des compagnies de l’empire familial, a donné 3 000 $ au Parti libéral en 2008.

En étudiant les volumineuses listes des donateurs fournies par le Directeur général des élections du Québec (DGEQ), on remarque aussi fréquemment les noms de Lino et Giuseppe Zambito, propriétaires de la firme Construction Infrabec. Tous deux ont été arrêtés en février 2011 relativement à une affaire de fraude impliquant l’ancienne mairesse de Boisbriand, Sylvie St-Jean.

La compilation du Journal donne une bonne idée des dons de la plupart des individus épinglés par l’UPAC, mais elle ne représente probablement pas l’ensemble des sommes versées. Nous avons volontairement écarté certaines contributions, car elles ont été fournies en donnant des adresses différentes.

Commentaires