/news/politics
Navigation
aide aux victimes

Isabelle Gaston salue les mesures proposées par le PQ

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-JÉRÔME – Isabelle Gaston a tenu à donner son appui au député sortant et candidat péquiste dans la circonscription de Saint-Jérôme, Gilles Robert, qui a annoncé que le Parti québécois (PQ) offrirait des mesures supplémentaires de 5 millions $ pour les victimes d’actes criminels et leurs proches.

Isabelle Gaston a tenu à souligner l’écoute et le soutien dont a fait preuve le député sortant Gilles Robert lorsqu’elle a soumis la pétition de plus de 32 000 noms à l’Assemblée nationale le 21 mars. « Je n’ai jamais senti de pression ni d’opportunisme de la part de M. Robert et il a respecté le moment où je serais prête à aller de l’avant avec la pétition », a souligné la mère d’Olivier et d’Anne-Sophie, assassinés par leur père Guy Turcotte en 2009.

« Le dépôt de la pétition a permis de faire avancer la cause puisque le gouvernement libéral a annoncé pratiquement en même temps de nouvelles mesures d’aide pour les victimes », a indiqué Gilles Robert.

En effet, le ministre des Finances Raymond Bachand a annoncé une hausse de 500 000 $ au budget, permettant ainsi de faire passer de 2000 $ à 10 000 $ l’indemnisation aux parents de victimes, de hausser le montant pour les frais funéraires de 3300 $ à 4800 $ et de couvrir 25 séances de psychothérapie plutôt que 15.

Or, le PQ souhaite faire plus en corrigeant des lacunes identifiées en 2006 par le rapport Lemieux, des recommandations qui n’ont jamais été appliquées. Les péquistes s’engagent à élargir la liste des crimes couverts par l’actuel programme d’indemnisation et à augmenter le délai de réclamation d’un an à trois ans.

Cette dernière mesure n’est pas négligeable, selon Mme Gaston. « Un an, ça passe très vite lorsque l’on est affecté par la mort d’un enfant. »

« Isabelle Gaston est une femme digne et courageuse, a souligné M. Robert. Ma collaboration avec elle a été une expérience marquante. Son implication publique dans le dossier a permis d’éveiller les consciences. [...] Elle a semé quelque chose qui continuera de germer. »

Mme Gaston a rappelé qu’elle ne fut pas seule dans cette démarche. « On a tous un rôle à jouer, par exemple ceux qui prennent la peine de signer des pétitions comme la mienne et ceux qui vont aller voter. »

 

Commentaires