/sports/hockey/canadien
Navigation
LNH | Canadien

Molson garde la foi

« Il n’y a personne qui veut d’un lock-out » - Geoff Molson

Coup d'oeil sur cet article

Geoff Molson a parlé des négociations pour la prochaine convention collective, mais il n’a pas offert un discours-fleuve. Le propriétaire du Canadien a martelé à plusieurs reprises la même petite phrase: « on se prépare pour la saison et on espère que ça va se régler ».

D’une grande prudence, Molson a utilisé les mêmes mots tant en français qu’en anglais. Jamais, il n’a dérogé de sa stratégie.

Avant d’enfiler ses chaussures de golf pour participer au tournoi pour la fondation de Max Pacioretty, Molson a réaffirmé sa foi en son commissaire, Gary Bettman.

« Les propriétaires sont arrimés et nous travaillons ensemble avec Gary. On espère que ça va se régler avant le 15 septembre. »

D’une grande prudence, Molson n’a pas voulu dire ce qu’il pensait de la deuxième proposition patronale déposée, mardi, à l’Association des joueurs.

« Ce n’est pas à moi de faire des commentaires sur les pas en avant ou en arrière, c’est Gary Bettman qui nous représente dans ce dossier, a-t-il rappelé. Gary Bettman et Bill Daly travaillent sur ce dossier et ils nous tiennent au courant de tout ce qui se déroule. »

Au cours des 20 dernières années, la LNH a survécu à deux arrêts de travail, en 1994-1995 et en 2004-2005. Molson craint-il un troisième scénario identique ?

« Il n’y a personne qui veut d’un lock-out. Je m’excuse de le dire encore, mais tout le monde espère que ça va se régler. »

Bettman, une sagesse différente

Depuis le début des négociations, Bettman n’a pas toujours fait preuve d’une aussi grande discipline que celle affichée par Molson, mercredi, au club de golf Le Versant, à Terrebonne.

Le commissaire de la LNH a jeté de l’huile sur un feu déjà assez brûlant en déclarant la semaine dernière : « Les joueurs gagnant trop d’argent, c’est aussi simple que ça. »

Bettman a oublié lors de cette déclaration de préciser que cette montagne d’argent offert aux joueurs provenait de ceux qui l’emploient, les propriétaires.

Therrien oublie les distractions

À l’instar de son propriétaire, Michel Therrien a également répondu aux questions sur les négociations entre les clans Bettman et celui de Donald Fehr.

« Ce n’est pas mon dossier, a affirmé le nouvel entraîneur en chef du Tricolore. Avec mon personnel d’entraîneurs, je me prépare pour le camp et le début de la saison. On fait abstraction des autres choses. On ne peut pas commencer à planifier un plan A ou un plan B. Pour nous, il s’agit de la même préparation et nous avons hâte au début de la saison. Je me concentre et je consacre toutes mes énergies pour préparer la saison. »

La confiance des joueurs

Si Molson n’a pas offert de grandes révélations, les joueurs ont aussi opté pour des réponses classiques.

P.K. Subban et David Desharnais ont chacun tenu des discours positifs en plus de réitérer leur confiance en leur patron, Fehr.

« Nous sommes confiants, a affirmé Subban. En bout de ligne, nous devons trouver une entente juste pour les deux clans. Le hockey se porte mieux que jamais et nous ne voulons pas perdre notre saison. Tout le monde veut jouer. »

« On a un bon représentant et on a confiance en lui, a ajouté Desharnais. Il a fait du bon travail depuis ses débuts. Il reste encore près de quatre semaines, il n’y a pas de stress. On est confiant que la saison s’ouvrira à temps. »

En réalité, l’horloge devient de plus en plus un facteur important. Il reste moins que trois semaines avant la date butoir du 15 septembre.

Fidèle à ses habitudes, Pacioretty n’a pas eu peur de parler avec son cœur.

« Je crois que ce serait honteux de retarder le début de la prochaine saison, a déclaré le numéro 67. Malgré tout, je suis positif et j’espère qu’on jouera le plus rapidement possible. »

M. Molson priera également pour une entente d’ici les prochains jours. Contrairement à des marchés pauvres comme Phoenix, Columbus ou Long Island, le propriétaire du Tricolore perdrait plusieurs millions advenant un conflit.

 

Commentaires