Actualité | Politique

Québec 2012 | sondage

Le PQ en voie de triompher

Taïeb Moalla

Taïeb Moalla @

Journal de Québec, Publié le: | Mise à jour:

À trois jours du vote, le Parti québécois (PQ) est à un point de pourcentage d’atteindre la majorité absolue de 63 sièges que Pauline Marois convoite. Tout se décidera dans les circonscriptions du 450, où des luttes épiques se dessinent.

C’est du moins ce que le dernier sondage Léger Marketing - Agence QMI suggère. À 33 % dans les intentions de vote, le Parti québécois gagne un point par rapport au dernier coup de sonde. La Coalition avenir Québec (CAQ) et le Parti libéral du Québec (PLQ) demeurent à 28 % et à 27 % respectivement.

Dans l’électorat francophone, le PQ a désormais sept points d’avance sur la CAQ, tandis que les libéraux semblent totalement largués avec à peine 18 % d’appui. « Pour être majoritaire, ça prend 34 %. C’est le chiffre magique », maintient le sondeur Jean-Marc Léger.

Jean-marc léger
Léger Marketing

Du côté du fameux 450, M. Léger calcule que « dans Lanaudière, la CAQ gagne un peu de points et dans les Laurentides, le PQ gagne un peu de points ». Les résultats dans cette couronne risquent d’être cruciaux pour savoir si le PQ réussira à obtenir une majorité de sièges à l’Assemblée nationale et si la CAQ formera ou non l’opposition officielle.

À Québec, malgré une baisse de six points par rapport au dernier sondage, la CAQ demeure largement en avance devant les libéraux et les péquistes.

Un vote péquiste plus solide

Des trois principaux partis, le PQ est celui dont les intentions de vote semblent les plus solides. Quelque 85 % de sympathisants péquistes disent que leur choix est « définitif », bien plus que leurs adversaires.

« Le PQ a un avantage là, croit Jean-Marc Léger. Le vote caquiste est le plus fluide. Il y a de moins en moins de potentiel à la hausse, mais un potentiel à la baisse. Ce vote-là est de plus en plus fragile. »

Taux de votation

M. Léger signale par ailleurs que le taux de votation sera un élément déterminant. Selon ses projections, sept Québécois sur 10 iront voter, bien plus que les 57,4 % de 2008. « Plus le taux est élevé, plus ça démontre un désir de changement. Par contre, quel type de changement ? C’est difficile à mesurer », lâche-t-il.

Autres éléments difficiles à mesurer pour un sondeur, « l’organisation électorale » et « la capacité à sortir le vote » seront primordiaux. « Il y a deux partis (le PLQ et le PQ) qui sont hyper organisés et structurés depuis longtemps. Et vous avez la CAQ qui est mal organisée. Donc, pour la CAQ, il y a une fragilité de vote ici », pense M. Léger.

Dans un registre plus global, trois Québécois sur dix estiment que le chef de la CAQ, François Legault, a fait « la meilleure campagne ». Deux sur dix désignent Pauline Marois et à peine 14 % des répondants nomment le premier ministre sortant Jean Charest.

 

Vos commentaires

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre netiquette.

Pour signaler un problème avec Disqus ou avec la modération en général, écrivez à moderation@quebecormedia.com.
Les commentaires sont modérés. Vous pouvez également signaler aux modérateurs des commentaires que vous jugez inappropriés en utilisant l'icône.

Commentaires propulsés par Disqus