/news/currentevents
Navigation
Attentat

Le suspect identifié

Le tireur présumé possède une pourvoirie dans les Hautes-Laurentides

Richard Henry Bain
Richard Henry Bain, propriétaire d'une pourvoirie à La Conception, dans les Hautes-Laurentides, est le suspect dans l'attentat contre Pauline Marois.

Coup d'oeil sur cet article


L'homme qui a tué et blessé deux personnes hier soir durant le discours de victoire de Pauline Marois et qui a tenté de mettre le feu au Métropolis est un homme de 61 ans de Mont-Tremblant, a appris le Journal.

Le suspect, Richard Henry Bain est propriétaire d'un centre de chasse, de pêche et équestre, appelé Les activités Rick, et situé en bordure du lac Wade, à Labelle et à La Conception, au nord de Mont-Tremblant.

Selon un ami contacté par le Journal, Bain est malade et serait suivi par un médecin de Montréal. On a aussi appris que le suspect est également actionnaire d'une autre entreprise de la région de Labelle.

Les terrains de Bain au lac Wade ne sont pas accessibles en voiture. Il utilise un camion militaire pour amener les clients dans son centre. Il souhaitait également que ceux-ci y viennent en hélicoptère. Richard Bain est arrivé dans la région de La Conception il y a environ deux ans et travaillait très fort pour avoir des clients selon le propriétaire d'une entreprise d'hélicoptères approché par Bain, Jean-Benoit Daigneault de la compagnie Héli-Tremblant.

«Il est allé voir toutes les entreprises de la région, comme par exemple les hôtels, pour avoir des clients. Je ne sais pas comment allaient ses affaires. Il voulait qu'on lui amène des clients mais en deux ans, nous ne lui avons amené personne», a dit M. Daigneault au Journal. Ce dernier a rencontré Bain à une dizaine de reprises en deux ans. Jamais, il n'a remarqué de problème de comportement de la part du présumé tireur. «Nous n'avons jamais parlé de politique. Je n'ai jamais eu la perception qu'il pouvait en avoir contre Pauline Marois ou les Québécois», a dit M. Daigneault au sujet de Bain, qui lui a toujours parlé en français lorsque les deux hommes se sont rencontrés. M. Daigneault n'a jamais eu l'impression que le suspect était attiré par les armes ou les affaires militaires.

Depuis deux ans, Bain a multiplié les demandes aux municipalités de La Conception et de Labelle pour agrandir ses terrains en bordure du lac Wade et obtenir les droits exclusifs de chasse et de pêche de façon à ce qu’il puisse en faire une pourvoirie. La ville de Labelle lui a donné son appui mais pas celle de La Conception. Le maire de cette dernière, Maurice Plouffe, a déclaré à un journaliste de l’Information du Nord Mont-Tremblant que Richard Bain était très «demandant».

«Environ une fois par deux mois, il venait déposer des demandes d’urbanisme à la municipalité», a-t-il dit. Un dossier était d’ailleurs présentement traité par la municipalité au sujet de sa pourvoirie. « Il demandait un appui des municipalités de La Conception et de Labelle. Nous, on ne l’a jamais appuyé. Je l’avais prévenu qu’on ne pouvait pas accéder à sa demande, car le gouvernement a instauré un moratoire sur les activités de pourvoirie, et le terrain qu’il voulait agrandir n’était pas zoné pourvoirie », a ajouté le maire Plouffe selon qui le dossier devait être étudié ce soir même au caucus.

Le maire Plouffe n’a jamais senti que Richard Henry Bain était dangereux. « Je suis très surpris qu’il aurait fait ça. Il n’était pas colérique. Tenace, oui, colérique, non. » Il ajoute qu’il savait que l’homme était fédéraliste, mais il ne pensait pas qu’il en voulait aux souverainistes.

Bain, qui a passé la nuit au centre opérationnel sud de la police de Montréal, a été transporté sous forte escorte policière vers l'Hôpital général de Montréal plus tôt ce matin. Il serait traité sur place et plus le temps passe, plus il serait surprenant qu’il soit accusé aujourd’hui.

Richard Henry Bain n’a aucun antécédent criminel. Il a déjà payé quelques amendes dans le passé pour des infractions au Code de la sécurité routière.

Rappelons que vers minuit hier soir, alors que Pauline Marois s'adressait à ses partisans réunis au Métropolis sur la rue Sainte-Catherine à Montréal, un homme vêtu d'une cagoule et d'un peignoir, et transportant une mitraillette de type AK-47 et une arme de poing, a tiré sur deux techniciens de scène qui se trouvait près de la porte de l'entrée des artistes. L'un d'eux, Denis Blanchette, 48 ans, est décédé. Selon nos sources, il s'agit d'un technicien en éclairage des Productions du grand bambou. L'autre victime, un homme de 27 ans, aurait été touché dans le bas du corps et repose maintenant hors de danger à l'hôpital.

Il semble que le fusil mitrailleur du suspect se soit enrayé. Après qu'il eut tiré des coups de feu, une personne se trouvant à l'intérieur du Métropolis aurait réussi à fermer et verrouiller la porte. Le tireur fou aurait ensuite allumé un incendie dans l'entrée des artistes qui a été rapidement circonscrit par les pompiers. Alors que les événements se déroulaient, les policiers de la Sûreté du Québec chargés de protéger la nouvelle première ministre du Québec se sont rués sur elle, sur la scène, pour l'amener en lieu sûr. Le suspect lui, a été rapidement maîtrisé par les policiers à l'extérieur. Avant de monter à bord d'une auto-patrouille, il a déclaré: «Les Anglais se réveillent» à au moins deux reprises.

L'attentat décortiqué
Richard Bain
L'homme qui a été arrêté au Métropolis après l'attentat contre Pauline Marois est Richard Bain, un pourvoyeur de La Conception, au nord de Mont-Tremblant.
Photo Agence QMI / Maxime Deland
L'homme qui a été arrêté au Métropolis après l'attentat contre Pauline Marois est Richard Bain, un pourvoyeur de La Conception, au nord de Mont-Tremblant.
Richard Henry Bain (3)
Le suspect dans la fusillade qui a fait un mort au Métropolis, Richard Henry Bain.
Photo L'Information du Nord
Le suspect dans la fusillade qui a fait un mort au Métropolis, Richard Henry Bain.
Commentaires
Loading