/news/politics
Navigation
Droits de scolarité

Marois va annuler la hausse

Marois
Marois

Coup d'oeil sur cet article

Même si elle est minoritaire, Pauline Marois a la ferme intention d’agir rapidement pour annuler la hausse des droits de scolarité, abroger la loi spéciale et renforcir la loi 101.

La première ministre élue a donné un aperçu mercredi des premiers gestes qu’elle veut poser.

« Mon gouvernement va annuler la hausse des droits de scolarité par décret. La loi 78 n’aura donc plus lieu d’être », a-t-elle dit, soutenant qu’elle espérait obtenir l’appui des partis d’opposition.

Même si un décret est adopté par le gouvernement pour annuler la hausse, une motion de non-confiance pourrait être déposée par ses adversaires.

« Même en minorité, j’ai l’intention d’obtenir des résultats pour les gens », a affirmé la chef péquiste qui accepte le verdict de la population.

Elle n’aura cependant pas toute la latitude qu’elle souhaitait avec seulement 54 députés, contre 50 pour le Parti libéral, 19 pour la Coalition avenir Québec et deux pour Québec solidaire.

Mme Marois a pris la route de Québec en après-midi et elle passera les prochains jours à assurer la transition et composer son conseil des ministres qui sera dévoilé d’ici deux semaines.

Nouvelle loi 101

Elle a indiqué qu’elle allait réclamer la collaboration des autres partis pour mener à terme d’autres de ses engagements, dont l’adoption d’une nouvelle loi 101.

« Cela demeure au centre de mes préoccupations, il faut agir (...) Je suis sûre que nous saurons trouver un terrain d’entente avec l’opposition pour avancer sur cette question tellement importante », a-t-elle dit.

Elle risque d’avoir plus de difficulté à négocier avec les libéraux et la CAQ qui ont exprimé leur désaccord face aux propositions du PQ en matière de langue.

Mme Marois a soutenu qu’elle présenterait intégralement sa nouvelle mouture de la loi 101 qui s’étendrait aux entreprises de moins de 50 employés et aux cégeps et écoles professionnelles.

« Cette loi exigera des consultations et je verrai jusqu’où sont prêts à aller les partis d’opposition pour contribuer à adopter dans son entièreté ou dans un certain nombre de ses éléments », a-t-elle dit.

« Je vais aller le plus loin où je peux aller avec l’appui de l’opposition », a-t-elle ajouté.

Elle veut aussi accélérer le développement du réseau de services de garde et faire des modifications à la loi 35 pour empêcher que des entreprises en construction condamnées puissent obtenir des contrats de l’état. Les libéraux ont annoncé en campagne leur intention d’apporter des modifications en ce sens.

Dans l’entourage de la chef péquiste, on souligne que cette minorité va permettre aux gens de constater que Mme Marois est une femme de compromis.

« Je dis aux Québécois qu’ils peuvent compter sur moi pour obtenir des résultats », a-t-elle dit mercredi.

Elle a par ailleurs dit s’être entretenue avec le premier ministre Stephen Harper et que cet échange avait été « cordial ».

Commentaires
Loading