/finance/taxes
Navigation

Encore 80 millions $ gaspillés

Les contribuables devront payer des intérêts pour la dette de l’Îlot Voyageur jusqu’en 2044

Encore 80 millions $ gaspillés
Photo d’archives Tel un boulet, les contribuables québécois vont assumer les intérêts sur la dette de l’Îlot Voyageur jusqu’en 2044. La SIQ, l’organisme gouvernemental propriétaire des lieux, espère pouvoir vendre la structure abandonnée d’ici la fin 2012.

Coup d'oeil sur cet article

Le tristement célèbre Îlot voyageur continuera de saigner les finances publiques pendant encore trois décennies. D’ici 2044, les contribuables québécois devront payer presque 80 millions $ en intérêts sur la dette que traîne toujours cette gigantesque carcasse de béton abandonnée, a appris le Journal.

Cette nouvelle dépense s’ajoute aux 300 millions $ de fonds publics déjà engloutis dans ce fiasco immobilier de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Elle a été discrètement autorisée par un décret du gouvernement Charest adopté le 8 août dernier, alors que la campagne électorale était bien lancée.

À la lecture de la décision, on apprend que la fiducie de 200 millions $, déposée en novembre 2008 par Québec pour éponger toutes les pertes, n’a pas été suffisante,

Ainsi, il reste une dette de 42 millions $ attachée à l’immeuble, qui est en vente depuis le début du mois d’août. Cette dette ne sera épongée qu’en 2044, grâce aux fruits d’un placement d’un terme de 40 ans effectué par l’UQAM en 2004.

Puits sans fond

« Il y a lieu que le gouvernement prenne à sa charge les intérêts que l’UQAM doit payer (sur la dette restante), à compter du 20 juillet 2012 et jusqu’au 20 janvier 2044 », peut-on lire dans le décret.

Ces intérêts nécessiteront des versements annuels de presque 2,5 millions $, qui totaliseront près de 75 millions $ entre 2013-2014 et 2043-2044.

S’y ajoutent les intérêts pour les années 2011-2012 et 2012-2013, en plus de frais juridiques et financiers de 400 000 $, pour un grand total de 79,68 millions $ en dépenses supplémentaires jusqu’en 2044.

Le gouvernement pourrait aussi ouvrir encore plus ses coffres si le placement de l’UQAM pour rembourser la dette de 42 millions $ n’a pas obtenu le rendement escompté, en 2044.

À vendre

Hier, il a été impossible d’obtenir un commentaire de la part du gouvernement du Québec. Le Conseil du trésor nous d’abord a référé à la Société immobilière du Québec (SIQ), qui elle nous a dit de nous adresser au ministère des Finances, où on nous a alors indiqué que le dossier relevait plutôt du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport.

Entre-temps, l’Îlot est toujours en vente, mais la SIQ ne veut pas dire si des acheteurs potentiels se sont manifestés.

« On chemine là-dedans, nos courtiers y travaillent. Ce qu’on vise, c’est compléter les transactions d’ici la fin de l’année », a dit le porte-parole Martin Roy.

Avec la collaboration de Serge Laplante, chef recherchiste.

Commentaires