/news/currentevents
Navigation
Écofrais | Électronique

Les appareils électroniques coûteront plus cher à l’achat

Des frais environnementaux s’appliqueront à compter de l’automne

Coup d'oeil sur cet article

Dès le 1er octobre, une panoplie d’appareils électroniques coûtera plus cher au Québec en raison de l’imposition de nouveaux frais environnementaux.

À quelques semaines des fêtes, le prix des téléviseurs, des téléphones, des imprimantes, des télécopieurs, des lecteurs de livres numériques et des ordinateurs augmentera, car ces articles seront soumis aux écofrais, une surtaxe qui vise à financer le recyclage et l’élimination sécuritaire des vieux appareils électroniques.

Annoncé le 19 juillet, cette nouvelle mesure s’inscrit dans le Règlement sur la récupération et la valorisation des produits par les entreprises adopté en 2011. Ce règlement attribue aux entreprises, qui mettent en marché des produits, la responsabilité de les récupérer et de les valoriser jusqu'à la fin de leur vie utile.

Il se traduit toutefois en frais supplémentaires pour les consommateurs puisque les entreprises reportent les coûts de la récupération et du recyclage sur le prix total des produits.

42,50 $ de plus pour une TV

Par exemple, quel que soit leur prix de base, tous les téléviseurs de 29 pouces et plus coûteront 42,50 $ de plus, soit le montant de l’écofrais fixe imposé à ce type de produit.

RECYC-Québec explique que le montant de l’écofrais est fixé en fonction du coût de récupération et de recyclage de chaque produit. Il est calculé en fonction de la taille du produit, de la valeur de ses composants et de leur nocivité pour l’environnement.

Les détaillants devront faire parvenir l’intégralité de ces écofrais à l’Association pour le recyclage des produits électroniques du Québec (ARPE-Québec). Cet organisme à but non lucratif offrira un réseau d’écocentres et de points de dépôt où les consommateurs pourront se débarrasser de leurs vieux appareils.

Il financera également les programmes de récupération municipaux de Montréal, Québec, Lévis, Sherbrooke et Rimouski, de même que celui des magasins Bureau en Gros.

L’Union des consommateurs voit d’un bon œil les écofrais, car ils viennent responsabiliser et conscientiser le public et les fabricants. « Sans ces frais, c’est toute la société qui paie pour le recyclage, pour la surconsommation et la désuétude planifiée des appareils électroniques », souligne le porte-parole de l’organisme, Charles Tanguay.

Information

Toutefois, il estime que l’imposition de ces frais devrait s’accompagner d’une campagne de publicité pour que les consommateurs soient clairement informés. Il espère également que les détaillants joueront la carte de la transparence en affichant clairement la valeur des écofrais, même si le règlement ne les y oblige pas puisque les écofrais doivent être internalisés dans le prix total des produits.

Commentaires
Loading