/news/currentevents
Navigation
commission charbonneau | exclusif

Les mafieux sont courtisés

Les enquêteurs de la Commission Charbonneau ont entre autres tenté d’inviter Raynald Desjardins

Les mafieux sont courtisés
Photo d’archives Raynald Desjardins, arrêté le 20 décembre 2011, est accusé de meurtre prémédité et de complot pour meurtre. Actuellement incarcéré, il a été approché pour témoigner par les enquêteurs de la Commission Charbonneau.

Coup d'oeil sur cet article

La Commission Charbonneau, qui enquête sur la corruption dans le milieu de la construction, a approché plusieurs membres influents du crime organisé québécois pour témoigner, dont le caïd Raynald Desjardins.

Selon ce qu’a appris le Journal, l’ancien complice de Vito Rizzuto, actuellement détenu dans l’attente de la suite de son procès pour meurtre, a été rencontré vendredi dernier par les enquêteurs de la Commission.

Les procureurs souhaitent qu’il fournisse de son plein gré des révélations sur les liens entre le crime organisé et le milieu de la construction, au Québec.

L’un des avocats de Raynald Desjardins, Me Marc ­Labelle, nous a confirmé que son client avait été approché. Les deux hommes ont d’ailleurs eu l’occasion d’en discuter avant que la rencontre avec les enquêteurs n’ait lieu, dans la semaine du 2 septembre.

Par contre, il n’a pas souhaité en dire plus sur la réponse qu’a fournie Desjardins aux représentants de la Commission.

Multiples demandes

Selon nos sources, les enquêteurs multiplient les demandes auprès de nombreux ­témoins reliés au crime organisé, pour qu’ils acceptent de venir témoigner sans y être contraints.

S’ils échouent, la Commission peut toujours envoyer un subpoena pour obliger un individu à se présenter à la barre, mais elle craint que, dans de tels cas, les trous de mémoire et les témoignages flous ne se multiplient.

Si Raynald Desjardins se présente devant la Commission, cela se fera en parallèle avec la poursuite des procédures judiciaires en­treprises contre lui à la suite du meurtre de Salvatore Montagna, un aspirant parrain de la mafia montréalaise.

En décembre dernier, l’homme de 59 ans a été arrêté en compagnie de 4 autres personnes, dont l’homme d’affaires Vittorio Mirarchi.

Pour préparer leur coup de filet, les policiers avaient réussi à obtenir des messages envoyés par Blackberry, qui étaient pourtant considérés jusque-là comme impossibles à intercepter en raison du système de cryptage très sûr dont est doté ce dispositif.


• La Commission Charbonneau reprend ses audiences publiques lundi prochain, soit le 17 septembre.

• Le premier témoin, Joseph Pistone, est un ancien agent du FBI qui a infiltré avec succès le clan Bonnano pendant six ans, à la fin des années 70. La sécurité de Pistone est une source de préoccupation, si bien que les procureurs de la Commission vont demander lundi que les médias ne publient pas d’image ou de description physique de ce témoin.

 

La mafia et le milieu de la construction
L'enquête Colisée de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), au milieu des années 2000, a entre autres porté sur les liens entre la mafia et l'industrie de la construction
En 2010, lors d'un procès à Rome, en ­Italie, l'enquêteur de la GRC Lorie McDougall, y est allé de déclarations-choc. Il a affirmé que nombre d’entreprises québécoises paient une commission équivalant à 5 % de leurs contrats pour obtenir la protection de la mafia.
Aux États-Unis, à partir des années 70, plusieurs clans mafieux, dont les ­Genovese, ont eu une mainmise sur les chantiers de construction par le biais d’organisations syndicales.
Qui est Raynald ­Desjardins ?
La police le présente comme un des acteurs les plus importants du crime organisé québécois. Il aurait commencé ses activités de trafic de drogue dans les années 80.
Il sera longtemps un proche collaborateur de Vito Rizzuto, mais, étant un Québécois de souche, il ne pourra jamais accéder aux plus hauts échelons, réservés aux Italiens d'origine.
Arrêté en 1993 dans une affaire de trafic de cocaïne, il est resté derrière les barreaux jusqu'en 2004.
Après sa sortie de prison, il a fait des affaires dans le milieu de la construction. Il a eu des ­intérêts dans l’entreprise de décontamination Car­boneutre, à laquelle ­Jocelyn Dupuis, l'ancien ­directeur général de la FTQ-Construction, a ­no­tamment été lié.
Le 16 septembre 2011, il est victime d'une ten­tative de meurtre dont lui et son garde du corps sortent indemne. Le véhicule dans lequel ils prenaient place est criblé de balles par un individu qui a vraisemblablement pris la fuite en ­motomarine.
Quelques semaines plus tard, le 20 décembre, il est arrêté en lien avec le meurtre de Salvatore ­Montagna, assassiné par balle le 24 novembre.
Commentaires