/sports/hockey/canadien
Navigation
Canadien

Gallagher en pension chez Gorges

Josh Gorges a invité Brendan Gallagher chez lui pour quelques semaines avant le camp des Bulldogs

Brendan Gallagher
Photo d'archives
Brendan Gallagher
Brendan Gallagher
Photo d'archives
Brendan Gallagher

Coup d'oeil sur cet article

Josh Gorges a ouvert les portes de sa résidence à Brossard à un jeune pensionnaire de 20 ans à qui il apprend les rudiments de la vie d’un athlète professionnel. Brendan Gallagher, l’un des plus beaux espoirs du Canadien, écoute attentivement les conseils de son mentor.


CANDIAC | Josh Gorges a ouvert les portes de sa résidence de Brossard à un jeune pensionnaire de 20 ans à qui il apprend les rudiments de la vie d’un athlète professionnel. Brendan Gallagher, l’un des plus beaux espoirs du Canadien, écoute attentivement les conseils de son mentor.

« J’ai passé une semaine chez Josh à Kelowna, en Colombie-Britannique, durant l’été où j’ai patiné avec plusieurs gars de la LNH de cette région, a expliqué Gallagher au Journal de Montréal après un entraînement, lundi, à Candiac. À la fin, il m’a demandé si je voulais poursuivre l’expérience à Montréal. Quand tu reçois une telle proposition, tu ne peux pas dire non. Je me retrouve maintenant le chaperon de Josh et sa fiancée ! »

Gallagher a rangé ses valises depuis un peu plus de deux semaines au domicile du vétéran défenseur du Tricolore. Pour Gorges, l’invitation était tout simplement logique.

« C’est important pour moi de lui montrer le bon chemin à suivre, a expliqué Gorges. Quand j’avais environ son âge, Scott Hannan m’a pris sous son aile à San Jose. J’ai appris beaucoup à le côtoyer et pas uniquement sur les aspects hockey. J’ai surtout retenu ses conseils sur l’art de bien se préparer avant une rencontre, faire attention à son alimentation et apprendre à vivre seul. Il s’agissait de petits détails, mais c’est crucial pour un athlète professionnel. »

Des cours dans la cuisine

Gallagher n’améliorera pas son coup de patin, son tir ou sa précision d’ici les prochains jours. L’ancien ailier des Giants de Vancouver risque toutefois de devenir un meilleur cuisinier.

« Ça peut aussi faire sourire les gens, mais à 20 ans, nous n’avons pas un grand bagage comme cuisinier, a rappelé Gorges. La grande majorité des joueurs de hockey ont toujours habité chez leurs parents ou en famille de pension jusqu’à leurs débuts chez les professionnels. Je ne savais pas comment me débrouiller pour me faire à manger quand j’ai fait mes débuts chez les pros. Je mangeais trop souvent au restaurant. Je souhaite donc aider Brendan à ce sujet. »

Avant de quitter l’Alberta, Gallagher a également reçu les conseils de sa mère.

« J’ai appris des rudiments de la cuisine de ma mère, a dit le petit ailier de 5 pi 9 po. Je ne suis pas encore un grand chef. Loin de là. Elle m’a envoyé plusieurs livres de recettes. Je devrais maintenant apprendre à m’en servir. »

Après sa première saison à Montréal, Carey Price avait admis qu’il avait gagné quelques livres en trop en raison de ses talents limités de chef.

Gorges et les éloges

Gorges n’avait que de bons mots pour le choix de 5e tour (147e au total) du Canadien en 2010.

« Il est incroyable. Son talent et ses habiletés sont une chose, mais il se démarque encore plus par sa personnalité. Brendan est un jeune extrêmement travaillant et il le fait toujours avec un grand sourire. Je suis toujours impressionné par son incroyable passion et à quel point, il est un bon gars. »

Depuis le début du lock-out, une minute après minuit, le 15 septembre, les histoires réconfortantes ne courent pas les rues. Pour une rare fois, il n’était pas question de chiffres ou de guerre d’idéologies entre Gary Bettman et Donald Fehr.

L’invitation de Gorges à son jeune coéquipier aura apporté un peu de couleurs dans ce ciel trop ombrageux.

Commentaires
Loading