Actualité | Faits divers et judiciaire

Cavale de Marcel Pontbriand

Une femme est sans nouvelle de son fils et de ses petits-enfants

Agence QMI

Publié le: | Mise à jour:

situation police 1

Photo Archives / Agence QMI

La Sûreté du Québec (SQ) et l'Autorité des marchés financiers (AMF) sont aux trousses d'un homme d'affaires de Beloeil réfugié en Arizona depuis deux ans, Marcel Pontbriand, qui aurait floué plus d'une centaine de personnes, en plus d'en avoir convaincu une trentaine d'autres de le suivre dans sa cavale.

Une dame qui n'a plus de nouvelles de son fils et de ses petits-enfants depuis plus d'un an s'est confiée à l'émission «Le Négociateur», mardi matin.

«Ce qui se dit à la télévision, je peux vous confirmer que ce n'est pas la moitié de ce qui se passe», a-t-elle indiqué, avant d'ajouter que sa «crainte est terrible».

En mars 2010, son fils est parti en vacances avec sa femme et ses enfants. Dans les mois qui ont suivi, il a écrit «de temps en temps» à sa mère pour la rassurer et lui dire qu'ils passent tous du bon temps, sans lui mentionner qu'ils se trouvent en Arizona avec Marcel Pontbriand.

«Et puis, les petits courriels devenaient de plus en plus rares. Maintenant, ça fait presque un an et demi que je n'ai rien du tout», a raconté la femme.

Selon elle, Marcel Pontbriand, qui se dit également guérisseur, aurait un puissant pouvoir de persuasion. Elle estime que son fils n'était pourtant pas une proie facile.

«C'est un garçon qui était très intelligent, pas de problèmes de drogue, pas de problèmes de boisson, il avait un bon travail, il a toujours eu les pieds sur terre. Il était responsable, mais au moment où Marcel Pontbriand est entré dans sa vie [...] tout s'est renversé», a-t-elle raconté.

«J'ai su qu'il avait des dettes maintenant, chose qu'il n'a jamais eue auparavant. Il a emprunté à la caisse pour partir là-bas (en Arizona)», a dit la mère, qui affirme être régulièrement en contact avec la SQ dans ce dossier.

Avant qu'il ne traverse la frontière américaine, Marcel Pontbriand faisait déjà l'objet d'une enquête de la part de l'AMF à la suite de laquelle 24 chefs d'accusation ont été déposés.

«On est devant quelqu'un qui fait à la fois ordre de gourou et de manipulateur qui a soutiré de l'argent, a expliqué le porte-parole de l'AMF, Sylvain Théberge. On peut intervenir au niveau réglementaire, au niveau pénal.»

En septembre dernier, par l'entremise de son avocat, M. Pontbriand a plaidé coupable à près de 20 chefs d'accusations. Les représentations sur sentence se tiendront en avril 2013, mais l'AMF doute que Marcel Pontbriand traverse la frontière canadienne.

«On est devant quelqu'un d'extrêmement redoutable. Il est introuvable, il se faufile. [...] Dans ce dossier-là, on a été confrontés à de nombreuses victimes qui ne voulaient pas collaborer, qui accusent même l'Autorité des marchés financiers d'être les investigateurs des déboires de M. Pontbriand», a expliqué M. Théberge.

L'AMF a évalué le nombre de ses victimes à près de 130. La Sûreté du Québec enquête également sur Marcel Pontbriand.

 

 

Vos commentaires

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre netiquette.

Pour signaler un problème avec Disqus ou avec la modération en général, écrivez à moderation@quebecormedia.com.
Les commentaires sont modérés. Vous pouvez également signaler aux modérateurs des commentaires que vous jugez inappropriés en utilisant l'icône.

Commentaires propulsés par Disqus