/entertainment/music
Navigation
3 décembre

30 ans du Club Soda

clubsoda
Sébastien St-Jean/ Agence QMI
Michel Barrette entouré de Martin Després, Michel Sabourin et Rubin Fogel, co-propriétaires et actionnaires du Club Soda.
clubsoda
Sébastien St-Jean/ Agence QMI
Michel Barrette entouré de Martin Després, Michel Sabourin et Rubin Fogel, co-propriétaires et actionnaires du Club Soda.

Coup d'oeil sur cet article

C’est sous le signe de l’humour et de la musique que le Club Soda va célébrer ses 30 ans d’existence, a-t-on appris lors d’une conférence de presse qui s’est déroulée mardi dans le mythique établissement du boulevard Saint-Laurent.

Devenu une véritable institution culturelle montréalaise, le Club Soda a ouvert ses portes le 19 novembre 1982 sur l’avenue du Parc.

«Ce soir-là, Boule Noire montait sur scène pour le tout premier spectacle de la salle», a raconté Michel Sabourin, propriétaire de l’endroit depuis 1985. Un cocktail se tiendra le 19 novembre prochain, en présence de personnalités du monde artistique et politique, pour commémorer cette date importante dans l’histoire du cabaret.

Un autre des événements marquants des débuts du Club Soda reprendra vie le temps d’une soirée. Le 3 décembre prochain, le spectacle «Je suis né un lundi... au Club Soda» rendra hommage aux Lundis des Ha! Ha!, soirées qui ont contribué au lancement de la carrière de nombreux humoristes québécois. Le gala va réunir plusieurs artistes qui ont fait leurs débuts sur les planches du Club Soda, comme Normand Brathwaite, Michel Courtemanche, Lise Dion, Claude Meunier, Pierre Verville et RBO.

Pour animer cette réunion, le Club Soda a fait appel à Michel Barrette. «Si ce n’était pas des “Lundis des Ha! Ha!”, je ne serais pas là où je suis aujourd’hui. Je vendrais peut-être des “chars” à Chicoutimi! À l’époque, quand j’ai animé la soirée aux côtés d’André-Philippe Gagnon, nous n’avions même pas les moyens de payer le billet d’entrée pour le spectacle», a raconté l’humoriste, animateur et comédien.

Le 8 décembre, c’est dans une ambiance festive au son de Dj Poirier et de Yann Perreau que les festivités du 30e anniversaire vont se poursuivre. La soirée représentera bien une des vocations de l’établissement, la promotion de talents musicaux.

Heureux de ce qu’est devenue la salle aujourd’hui, son propriétaire n’a pas caché sa fierté. «C’est comme élever un enfant et réaliser soudainement qu’il est maintenant adulte», a mentionné Michel Sabourin. Il a toutefois confié ses inquiétudes par rapport à la fréquentation des salles de spectacles montréalaises.

«C’est très difficile de survivre pour une salle privée comme la nôtre. La fermeture d’endroits comme le Spectrum et le Medley en sont la preuve», a dit le producteur qui fonde beaucoup d’espoir sur la valorisation du Quartier des spectacles. «Maintenant que la phase “béton” est terminée, il faut se concentrer sur les établissements qui sont l’âme du quartier», a-t-il conclu.

Commentaires
Loading