/entertainment/shows
Navigation
opéra | le Vaisseau fantôme

Une œuvre de Wagner à la portée de tous

Une œuvre de Wagner à la portée de tous
Photo courtoisie
La plus connue des œuvres de Richard Wagner, Le vaisseau fantôme, sera présentée à l’Opéra de Montréal.
Une œuvre de Wagner à la portée de tous
Photo courtoisie
La plus connue des œuvres de Richard Wagner, Le vaisseau fantôme, sera présentée à l’Opéra de Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

Une des œuvres de Richard Wagner, Le vaisseau fantôme, sera présentée à la salle Wilfrid-Pelletier. Dès samedi, les amateurs d’opéra pourront voir ce classique du grand créateur. 

L’Opéra de Montréal voulait célébrer le 200e anniversaire de Richard Wagner. Pour ce faire, le directeur artistique Michel Beaulac a choisi Le vaisseau fantôme. «J’ai choisi cette œuvre, car c’est vraiment une des plus accessibles de Wagner. Et depuis mon arrivée (il y a cinq ans), un de mes objectifs est de rendre l’opéra plus accessible et ça fonctionne! Il y a énormément de jeunes qui viennent à l’opéra», explique avec enthousiasme Michel Beaulac.

Ça fait presque vingt ans que Le vaisseau fantôme n’a pas été présenté à Montréal. Pour s’assurer d’offrir un spectacle à la hauteur de l’œuvre, l’Opéra de Montréal a fait appel pour une 3e fois à la chef d’orchestre Keri-Lynn

Wilson, une passionnée de Wagner. Pour ce qui est des quatre principaux interprètes, l’Opéra a mis la main sur quatre talentueux Allemands, Thomas Gazheli, Reinhard Hagen, Maida Hundeling et Endrick Wottrich.

En général, le directeur artistique de l’Opéra de Montréal privilégie des interprètes canadiens, mais pour cet opéra, il préférait faire appel à des artistes dont l’allemand est la langue maternelle.

«Cette œuvre demande une très grande voix et très puissante. Puisque les textes sont en allemand, il est plus facile et plus convaincant lorsque les interprètes maîtrisent parfaitement la langue», dit Michel Beaulac.

Le génie de Wagner

Contrairement à la majorité des compositeurs de son époque, Richard Wagner signait la musique et les textes de ses œuvres. «C’était très rare de faire les deux, explique Michel Beaulac. Il écrivait aussi les textes, car il voulait créer une forme d’art totale, intégrale.»

Dans Le vaisseau fantôme, le créateur a réussi à raconter une histoire simple, mais avec des émotions fortes. «L’Hollandais volant» a été condamné par les dieux à

errer sur les mers pour l’éternité. Seule façon de réussir à se sauver de cette condamnation est de trouver une femme qui lui jurera fidélité pour toujours. Heureusement pour ce capitaine du vaisseau fantôme, il rencontrera Senta.

 «Les spectateurs sont transportés sur la mer, et ce, par la musique, les textes et la mise en scène. Ce sera assez exceptionnel», dit fièrement le directeur artistique de l’Opéra de Montréal.


Le vaisseau fantôme est présenté les 10, 13, 15 et 17 novembre à la salle Wilfrid-Pelletier.

Commentaires
Loading