/news/currentevents
Navigation
mouvement open data

Des citoyens veulent «hacker la corruption »

Des citoyens veulent «hacker  la corruption »
Photo le journal de montréal, Martin chevalier
Jonathan Brun, cofondateur de Québec ouvert et organisateur de l'événement Hackons la corruption.

Coup d'oeil sur cet article

Des citoyens choqués par les révélations des dernières semaines ont décidé durant deux jours de mettre leur clavier d’ordinateur au service du bien commun et de hacker (pirater) la corruption. Signe des temps, le député de la CAQ Jacques Duchesneau sera sur place aujourd’hui afin de livrer une allocution à ces citoyens-geeks.

Tout le week-end, plus d’une centaine de virtuoses du clavier se sont donné rendez-vous dans le cadre de l’événement Hackons la corruption.

Leur but : faire parler l’information contenue dans des bases de données

ouvertes (Open Data) et développer, dans le cadre d’une compétition amicale, des outils web et mobiles qui permettront de débusquer et identifier les ripoux.

Leurs outils : l’ordinateur et la mise en commun de ressources.

Données disponibles

Pour Jonathan Brun, un des cofondateurs de l’organisme Québec ouvert et organisateur de l’événement, «les développeurs et les entrepreneurs du web peuvent contribuer grandement à améliorer les services publics en donnant une valeur ajoutée aux données des gouvernements. Le gouvernement ne peut pas être un expert dans tout. Que les différents paliers de gouvernement rendent leurs données disponibles aux développeurs, et vous verrez à quel point il est possible de créer de la valeur en croisant ces données.»

Le mouvement Open Data n’est pas unique au Québec. De nombreux gouvernements de par le monde rendent leurs données non nominatives accessibles à tous. Un exemple dans ce domaine est le portail Data.gov du gouvernement américain.

Et pas besoin d’être une équipe complexe pour concevoir des services utiles à la population lorsque les données publiques sont libérées. C’est dans ses temps libres que Stéphane Guidoin a réussi, à l’aide de données ouvertes, à concevoir et mettre en ligne le service d’aide aux contournements de travaux ZoneCone.ca.

Débusquer les ripoux

Ce week-end cependant, ces spécialistes du web s’attaquent à du costaud. Les développeurs présents sur place auront accès aux bases de données contenant toute l’information relative aux contrats octroyés par les villes de Montréal et de Laval, le registre des entreprises du Québec, l’ensemble des dons faits aux partis politiques ainsi que les données provenant du SEAO, le système électronique d'appels d'offres en ligne du gouvernement.

Demain en fin de journée, un jury déterminera quelles équipes de développeurs auront conçu les meilleures applications web ou mobiles destinées «à veiller à la meilleure utilisation possible des fonds publics tout en prévenant les pertes résultant d’abus».


Hackons la corruption

http://quebecouvert.org/events/hackonslacorruption/

Des citoyens veulent «hacker  la corruption »
Jonathan Brun qui veut forcer le gouvernement à avoir plus de données ouvertes.
Jonathan Brun qui veut forcer le gouvernement à avoir plus de données ouvertes.
Commentaires
Loading