/sports/others
Navigation
UFC 154

Une atmosphère fébrile

Une ambiance électrisante régnait au Centre Bell

Une atmosphère fébrile
Photo agence QMI, Joel Lemay
Les amateurs présents au Centre Bell ont apprécié le spectacle, dont ce combat entre Pablo Garza (à gauche) et Mark Hominick.
Une atmosphère fébrile
Photo agence QMI, Joel Lemay
Les amateurs présents au Centre Bell ont apprécié le spectacle, dont ce combat entre Pablo Garza (à gauche) et Mark Hominick.

Coup d'oeil sur cet article

Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il y avait de la fébrilité dans l'air au Centre Bell, hier soir, et quand Georges St-Pierre a remporté la victoire contre Carlos Condit, peu après 0h40, l'amphithéâtre était en délire.

Plus d’une heure avant le début de la carte préliminaire, des centaines de personnes étaient déjà massées aux abords de l’amphithéâtre.

On sentait que les amateurs d’arts martiaux mixtes avaient autant, sinon plus, de papillons que Georges St-Pierre, qui n’était toujours pas monté dans l’octogone au moment d’aller sous presse.

Déjà, pendant une pause à 21 h 20, les huées ont été nombreuses quand on a montré l’arrivée de Carlos Condit sur l’écran.

Quelques secondes plus tard, la foule s’est mise à hurler quand est venu le tour de St-Pierre, qui a feint de s’être blessé au genou droit pour ensuite afficher un sourire moqueur.

Électrisant

Il a fallu quelques combats pour que le Centre Bell se remplisse et se délie un peu et c’est Matthew Riddle, lors du troisième affrontement de la soirée, qui a finalement fait lever la foule.

À la fin du second round, il a levé les bras dans les airs pour avoir des encouragements et a été parfaitement entendu. Et dès le combat suivant, on a commencé à entendre les premiers «GSP, GSP, GSP».

Il faut dire que le UFC a bien fait les choses en incluant 10 Canadiens à la carte, de sorte que 9 des 13 combats impliquaient au moins un combattant que la foule avait envie d’encourager.

L’affrontement entre le Montréalais John Makdessi et l’Ontarien Sam Stout a été le premier à susciter de réelles réactions.

Les huées ont cependant été très nombreuses quand l’officiel a arrêté le combat entre Patrick Côté et Alessio Sakara après un peu plus d’une minute parce que le Québécois était dans une fâcheuse position. L’humeur a changé au moment de l’annonce du vainqueur puisque l’Italien a été disqualifié, au grand plaisir de la foule.

Ondes positives

La majeure partie des amateurs étaient évidemment sur place pour encourager le héros local, mais plusieurs ont mentionné qu’ils voulaient voir une grande soirée de sport.

D’autres ont par ailleurs mentionné vouloir apporter leur soutien moral à GSP, qui ne s’était pas battu depuis 19 mois.

«C’était important d’être ici ce soir afin de lui envoyer des ondes positives et de l’encourager dans son retour», a mentionné Martin Langlois, de Montréal.

«C’est évident que je suis ici pour Georges, mais aussi parce que je suis un mordu du UFC», a ajouté le jeune homme.

Soirée différente

Croisé lors du tapis rouge avant le gala, l’animateur de TVA Sports Michel Godbout parlait de soirée différente, d’énergie presque électrisante.

«J’étais au dernier combat de Georges au Centre Bell, mais c’est différent ce soir. On sent que les gens sont un peu nerveux, qu’ils sont fébriles.»

Selon lui, il ne fait pas de doute que la soirée aurait été bien différente sans le retour de St-Pierre.

«Sans GSP il y aurait eu de l’intérêt, mais il ne faut se conter d’histoires, sans lui ça n’aurait pas été pareil, il n’y aurait pas eu autant de tension.»

Commentaires
Loading