Sports | Autres sports

ufc 154

«J'ai presque réussi» -Carlos Condit

Dave Lévesque

Dave Lévesque @

Journal de Montréal, Publié le: | Mise à jour:

«J'ai presque réussi»

photo Agence QMI, Joel Lemay

Carlos Condit s'est présenté en conférence de presse le visage tuméfié et l'ego meurtri après sa défaite face à Georges St-Pierre.

Pourtant, à observer les deux guerriers, on aurait dit que le résultat était inversé parce que St-Pierre avait la mine pas mal amochée.

«J'ai presque réussi à finir le travail, a déploré Condit. Le plan était de travailler sur mon synchronisme afin de saisir mes opportunités. Je savais qu'il allait amorcer le combat en force.»

Après avoir concédé les deux premiers rounds au favori de la foule, Condit a pris GSP par surprise en le projetant au sol avec un solide coup de pied à la tête. Il a enchaîné avec des coups de coudes, mais St-Pierre a réussi à se défaire de son emprise.

«Je pense qu'après ce coup, si j'avais pu en enfiler une couple de plus, j'aurais pu obtenir l'arrêt du combat. J'ai eu quelques bons coups de coudes, mais ça n'a pas été suffisant.»

Silva dans la mire

Avant même le présentation de ce combat de championnat, il était question d'un possible combat entre St-Pierre, champion des mi-moyens (170 lbs) et Anderson Silva, détenteur du titre chez les moyens (185 lbs).

St-Pierre est demeuré vague et a évoqué la possibilité d'affronter Johny Hendricks, qui devrait être l'aspirant logique après sa victoire expéditive sur Martin Kampmann. Il s'est cependant emporté quand un reporter a insisté.

«Ça me fâche un peu parce que je viens juste de revenir et on me parle de ça, a martelé St-Pierre, c'est un manque de respect à mon endroit et à l'égard de mon adversaire de ce soir.»

Le président du UFC, Dana White, a commencé par servir le même traitement avant de finalement lâcher le morceaux.

«Nous avons abordé ce combat en sachant que le résultat pouvait aller d'un côté comme de l'autre. Un affrontement entre GSP et Anderson Silva demeure hypothétique.

«Georges a été impliqué dans une guerre après avoir raté 19 mois et on pouvait dire qu'il était fatigué. Je suis sûr qu'il a l'impression d'avoir été frappé par un autobus. Mais Silva est venu me voir après et m'a dit qu'il voulait ce combat.»

Travail horrible

par ailleurs, White est revenu sur le travail de l'officiel dans le combat entre le Québécois Patrick Côté et l'Italien Alessio Sakara.

«L'arbitre est intervenu beaucoup trop tard et a fait un travail horrible. Il y a eu entre sept et neufs coups derrière la tête avant qu'il réagisse. Ça défie l'entendement de voir un arbitre rester planté là sans réagir et le problème de l'arbitrage est trop fréquent. Il a failli à la tâche d'une façon très, très dangereuse.»

Même s'il n'a pas été d'accord avec la décision rendue de donner la victoire à Côté à la suite de la disqualification de Sakara, il a tout de même conclu que c'était une issue positive.

«Je pense que le combat aurait dû être déclaré invalide, mais j'aime des commissions athlétiques qui n'hésitent pas à mettre le culottes et prendre des décisions.»

Il n'a pas non plus caché sa déception quant à l'allure de la soirée alors que seuls les deux derniers combats ont été réellement intéressants.

«Ces deux derniers combats on sauvé la soirée, pas de doute.»

Quant à l'assistance, d'un peu plus de 17 000 spectateurs, il n'a pas du tout été déçu malgré le fait qu'il s'agissait du grand retour de St-Pierre dans son patelin.

«Ça ne me déçoit jamais quand nous faisons des recettes aux guichets de 3,2 M$.»

Vos commentaires

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre netiquette.

Pour signaler un problème avec Disqus ou avec la modération en général, écrivez à moderation@quebecormedia.com.
Les commentaires sont modérés. Vous pouvez également signaler aux modérateurs des commentaires que vous jugez inappropriés en utilisant l'icône.

Commentaires propulsés par Disqus